Dragon Rouge | et la femme vêtue de soleil

Impressions n°57
Graham, enquêteur brillant du FBI qui a arrêté le célèbre et sanguinaire Hannibal Lecter, s’est retiré en Floride : les serial killers, il ne veut plus trop en entendre parler. Mais un nouveau serial killer frappe et Graham est appelé à la rescousse.

Davantage connu est Le Silence des Agneaux, suite de Dragon Rouge et dont le film qui porte le même nom de Jonathan Demme fût tiré. Dragon Rouge se passe quelques temps avant ce second opus.

L’histoire est relativement banale de nos jours : le serial killer est un archétype devenu classique dans les romans ou films policiers. Cela dit, le livre a été écrit en 1981, à l’époque le tueur en série n’est pas à la mode. Difficile de faire l’impasse sur ce livre donc, qui s’il n’a pas la notoriété de sa suite, n’en est pas moins un classique du genre à découvrir.

Histoire efficace qui nous emmène dans les tréfonds de l’âme du Dragon Rouge : oui notre tueur en a une. L’auteur ne se contente pas de nous narrer les aventures d’un enquêteur chargé d’arrêter un tueur en série mais nous raconte aussi la triste histoire de ce petit garçon qui deviendra le terrifiant « La Mâchoire ».


Dragon Rouge tient son titre à la fascination que le tueur éprouve pour l’aquarelle du célèbre William Blake : « Le Grand Dragon Rouge et la femme vêtue de soleil« , dont il espère acquérir les pouvoirs en « transformant » ses victimes.

Un point qui m’a assez bien intéressé sont les méthodes scientifiques de l’époque : il y a 30 ans, les analyses ADN, non m’sieurs-dames, ça n’existe pas ! Pas évident de retrouver un suspect avec juste un groupe sanguin… D’où l’importance de l’intuition, cette intuition qui rend Graham indispensable aux yeux du FBI. En effet, le policier peut littéralement se mettre à penser comme une autre personne … un serial killer aussi.

Graham regarda fixement le carré de lumière sur l’écran. Il aimait bien les Leeds. Il regrettait de s’être rendu à la morgue. Il se dit que le dément qui leur avait rendu visite aurait pu les aimer, lui aussi. Mais il les préférait certainement dans l’état où ils se trouvaient à présent.

 

A lire donc, mais clairement pas pour le style : l’écriture et/ou la traduction sont plus que moyens. Erreurs, coquilles, phrases qui n’ont pas de sens… Mon édition est ancienne, il n’est donc pas impossible que la traduction aie été revue depuis. Bon, c’est un thriller, un bouquin qui se lit vite et dont on est bien plus passionné par le déroulement de l’action que par les figures de style.

Dragon Rouge a été adapté deux fois au cinéma. Le premier film s’appelle Sixième sens et date de 1986. Je ne l’ai pas vu. Le remake date de 2002, avec d’excellents acteurs au casting : Edward Norton joue Graham, Ralph Fiennes le tueur et Anthony Hopkins Hannibal. Le remake est assez fidèle au livre à mon souvenir, plutôt bien fichu et agréable à regarder.

Informations éditoriales

Publié pour la première fois en 1981. 1982 pour la présente traduction aux Éditions Mazarine. Traduit de l’américain par Jacques Guiod. Titre original : Red Dragon. 415 pages.

10 réflexions sur “Dragon Rouge | et la femme vêtue de soleil

  1. J'ai lu ce roman avant qu'il ne devienne célèbre, même si le sixième sens était déjà sorti. Je l'ai adoré, et je le considère encore comme une référence du genre. Je n'ai pas vu l'adaptation de 2002 (et je n'ai toujours pas envie de la voir !)

    J'aime

  2. L'histoire est certes sympathique, le style assez bon (ne n'avons pas lu la même version, je confirme), mais je n'ai pas été emballée. Peut-être a cause des autres thrillers lus depuis même si celui-ci est un des précurseurs ? peut-être a cause de l'image de Lecter dans le fil dont je n'ai pas pu me détacher ?

    Bref, un bon moment de lecture mais pas de coup de coeur.

    J'aime

  3. Bonjour, j'ai aimé le roman et le film de Michael Mann de 1986, un peu moins le remake. Le roman est haletant et pas si banal, c'est un cannibale qui aide un agent du FBI à trouve un homme pas gentil du tout. Le personnage de Lecter est fascinant. Dommage que Thomas Harris est produit un troisième tome « Hannibal »: celui-là pas terrible du tout. Bonne après-midi.

    J'aime

  4. J'ai absolument adoré « Dragon rouge » de Thomas Harris : c'est très bien écrit et un peu flippant, j'ai eu un peu de mal à dormir après l'avoir refermé, mais ça aurait été pire si je ne l'avais pas terminé !

    C'est assez étonnant, surtout tous les passages sur la vie du tueur, son enfance, ses sentiments, ce qu'il compte faire… Même carrément inquiétant ! Je ne me suis pas mise dans sa peau, mais c'est une impression vraiment très bizarre.

    J'avais lu jute avant Le silence des agneaux, sans savoir que c'était un deuxième tome et j'ai beaucoup apprécié de retrouvé cet univers, Thomas Harris écrit vraiment super bien. Sans compter Graham et Hannibal rapidement entrevu…

    C'est une lecture que je n'hésiterais pas à conseiller !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s