Sur le fleuve | Survival en Amazonie

Impressions.

Ce livre m’a été bien vendu. Plutôt deux fois qu’une. Les coupables ? Tout d’abord la Salle 101. Ensuite Lhisbei. Ne cherchez pas plus loin, ces gens sont infréquentables. Bon faut avouer aussi que des deux auteurs j’ai déjà lu Yama Loka Terminus qui m’avait beaucoup plu et de Léo Henry Rouge Gueule de Bois qui m’avait bien plu également même si c’était un poil trop allumé pour moi. Donc … j’ai lu Sur le fleuve.

Sur le fleuve, ça parle d’un groupe de gens, assez hétéroclites, au temps des conquistadors, qui se mettent en quête d’El Dorado, la cité faite d’or qui se trouve quelque part sur l’Amazone. Sur le fleuve donc. Jusque là me direz-vous, rien de très original. Des histoires de types un peu tarés qui croient à El Dorado et se mettent à sa recherche et de préférence n’en reviennent plus jamais, on a déjà vu ça 10 fois.

Mon nom est Petit Frère car, de tous les gens de mon peuple, je suis le plus jeune. La forêt est le ventre duquel je suis né. Je ne suis pas le fruit d’un arbre, je n’ai pas jailli de la source et ne suis pas tombé de cieux. La glaise ne m’a pas façonné. C’est la forêt qui m’a engendré, la forêt grosse comme la femme lorsqu’elle est enceinte. Mon nom est Petit Frère et je suis né ici.

Ce qui est important donc, ce n’est pas l’histoire mais comment elle est traitée. Alors, au début, j’avoue j’ai eu un peu de mal car il y a beaucoup de personnages avec des noms, des nationalités et des fonctions différentes. Ces personnages nous sont présentés au tout début du livre, vous savez, un peu comme au début des pièces de théâtre. Ça aurait pu aider sauf que je lisais ce livre en numérique et que je ne trouvais pas bien pratique de retourner voir à la page dite. La manipulation à faire me venait bien moins naturellement que si j’avais eu un livre papier en main.
Ce n’est pas très grave, cela n’a pas duré. On finit par apprendre qui est qui et puis comme de toute façon ils meurent tous les uns après les autres, il y a de moins en moins de protagonistes à garder en tête.
Donc voilà, une sorte d’esprit de la forêt « Petit Frère » n’est pas très content de l’intrusion de tous ces gens cupides. Et les meurtres de commencer. Et l’angoisse de monter. C’est ça qui est intéressant dans ce livre, c’est la montée lente et inéluctable de la tension, la peur, l’horreur qui se lit dans les pensées et les actes désespérés de ce groupe. A côté de ça, on en apprend davantage sur les personnages par une série de flash back sur leur vie passée, comment ils en sont arrivés là où ils en sont. On se rend alors compte que nombre d’entre eux ont un lourd fardeau personnel à porter. Tout ça se cristallise dans l’oppression ambiante.

Petit Frère ne comprend pas pourquoi les hommes sont dévorés par la soif de l’or. Pourquoi ils pensent que les pierres brillantes sont plus importantes que leur vie. Pourquoi ils sont prêts à abandonner la paix de la forêt pour s’aveugler au reflet de l’or.

Bref, ce petit livre parvient à ses fins de façon discrète mais brillante. Si vous le lisez, préparez-vous à vivre Sur le fleuve une aventure on ne peut plus éprouvante dans laquelle même le lecteur, pourtant bien tranquillement installé dans son canapé, son lit, son siège de RER, métro, train (biffez les mentions inutiles), ne sortira pas indemne.

A noter que Sur le fleuve, publié aux éditions Dystopia, n’existe pour le moment qu’en format numérique (pour pas cher) mais j’ai ouï dire qu’il était prévu une sortie papier dans pas longtemps.

POUR ALLER PLUS LOIN
Publié en format numérique en juin 2012 aux éditions Dystopia
Couverture de Stéphane Perger.
119 pages.
AILLEURS

8 commentaires sur « Sur le fleuve | Survival en Amazonie »

  1. Vous le vendez bien celui là, je pense que je vais me laisser tenter…
    (et si ça peut te rassurer j'ai laissé ma liseuse au placard cette semaine pour donner leur chance aux livres papiers, c'est addictif ces bestioles xD)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.