Deux euros chez Boulinier

Cavalerie André Sévry

La vie, l’univers et le reste n°2

Ceci est l’histoire d’une rencontre fortuite entre un livre et moi, pas plus loin que chez Boulinier. Une rencontre qui n’aurait rien changé à ma vie si elle n’avait pas eu lieu mais pour laquelle je suis reconnaissante.

Un jour je me baladais chez Boulinier, dans ma quête effrénée de livres dont vous êtes le héros. La chasse s’avérait bredouille mais il me restait un peu de temps avant d’aller attraper mon RER. Alors j’ai erré parmi les rayonnages. Mon attention a été attirée par le titre de ce vieux bouquin, très vieux bouquin, vous savez ces bouquins dont il faut couper les pages avant lecture.
Il avait l’air d’y avoir de vrais chevaux dedans (non parce que des fois il y a des bouquins ou des films qui ont un titre équestre et puis pour finir on y cause pas de cheval ou pas tant que ça). Deux euros. Je l’ai pris.
Il s’avère que le livre est dédicacé par l’auteur à un certain Lucien Descaves. Qui est-ce, me demanderez-vous ?  Et bien en fait ce n’est pas n’importe qui. Une recherche plus tard, voilà que j’apprends que le monsieur n’est pas juste quelqu’un à qui on a dédicacé un livre, mais un journaliste et un écrivain de la fin du 19ème/première moitié du 20ème siècle et un des membres fondateurs de l’Académie Goncourt. L’auteur du livre, André Sévry, semble par contre avoir sombré dans l’oubli : il est très difficile de trouver des infos le concernant sur le net.
Mais plus encore ! Était jointe à ce livre une coupure de presse datant du 17 octobre 1934 (année de publication de Cavalerie). Rien qu’à imaginer que cette coupure de presse accompagnant cette dédicace est restée 80 ans dans cet ouvrage, j’en ai le tournis.
Deux euros chez Boulinier.

Et le récit ? S’il est joliment écrit avec quelques beaux passages de description de chevaux, l’intrigue est totalement inintéressante. En fait, elle est quasi inexistante. Il s’agit du quotidien d’un régiment de cavalerie. Il était bien plus passionnant de vous raconter comment ce livre est arrivé entre mes mains.

Lu dans le RER, sur le chemin de l’équitation, tous les dimanches matin pendant 6 mois.

Et vous ? Vous avez déjà fait une rencontre pas banale avec un livre ?

 

 

6 réflexions sur “Deux euros chez Boulinier

  1. J'adore quand ça arrive ce genre de découverte à Boulinier !
    Une fois j'ai trouvé un recueil de nouvelles dédicacées, y'avait même un numéro de téléphone dedans, je me suis toujours demandée quelle était l'histoire de ce livre ^^

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s