Utopiales 2017 | l’anthologie officielle

Utopiales 2017 anthologie

Impressions.

L’édition 2017 des Utopiales, rendez-vous SF francophone se déroulant chaque année à Nantes, avait pour thématique le temps. Il en va donc de même de l’anthologie officielle de l’événement, publiée chez ActuSF. 12 nouvelles plus ou moins dans le thème dont je vous donne un aperçu rapide.

Mes préférences vont à 4 textes:

  • Huit siècles sur une échelle de temps, Olivier Gechter. Une enquête spatiale au long court puisqu’elle s’étale sur 4000 ans. Où il sera question de la fin du monde, d’une intelligence artificielle et d’une mort suspecte. Sans doute cette nouvelle brasse-t-elle des thèmes bien connus mais l’enquête fractionnée de Boris m’a happée dès le départ. Prenant et bien fichu.
  • Le sphincter et l’œsophage, Nabil Ouali. Le temps d’un repas de famille se transforme en débat sur le féminisme. Une argumentation implacable, une loi qui pose des questions d’éthique et de justice. J’ai été complètement fascinée.
  • Pékin Origami, Hao Jingfang. Et si, sous le coup d’une démographie galopante,  on pouvait plier une ville en 3 espaces et en faire vivre les habitants chacun à leur tour ? C’est ce qu’explore l’autrice dans cette nouvelle touchante dans laquelle Lao Dao est prêt à accepter un travail de passeur entre les espaces pour offrir un avenir meilleur à sa fille adoptive. L’occasion d’une critique des inégalités sociales sur un fond de SF étonnant.
  • Les arbres sont des gens comme les autres, Timothée Rey. Une nouvelle dans laquelle on pourra penser arbre, vivre au rythme des saisons et voir défiler le temps à un rythme bien différent du nôtre. Si la fin est cruelle, cette nouvelle est d’une rare poésie et n’est pas sans me faire penser à la nouvelle Un amour de sable de Sylvie Lainé.

On trouvera aussi dans ce recueil plusieurs nouvelles moins marquantes mais appréciables :

  • La place d’une femme, Emma Newman. Une variation holmesienne dans laquelle le Docteur Watson est une femme et Madame Hudson plus qu’une propriétaire attentionnée.
  • Les anges tièdes, Estelle Faye. Traite joliment de réalité augmentée et d’utopie.
  • L’île close, Lionel Davoust. Un remake arthurien étonnant que j’ai déjà lu/écouté trois fois à force de republications. Si la nouvelle est très bonne, j’ai trouvé un brin dommage de la voir dans cette anthologie dont j’apprécie l’aspect découverte.
  • Le gnome qui voulut être fée, Audrey Awlett. Une nouvelle d’une cruauté abominable qui vous feront voir les fées sous un autre jour.

Elles ne m’ont pas convaincue, voire je suis complètement passée à côté :

  • Les cristallines, Ariane Gélinas. Cette nouvelle fait-elle partie d’un univers plus vaste conçu par l’autrice ? Sentiment de trop peu sur des idées intéressantes.
  • 43200 secondes, Jean-Laurent Del Soccoro. Insérer des discussions Twitter dans le récit est une excellente idée et s’y prête dans cette nouvelle qui touche à des thématiques proches de nous. Mais encore faut-il avoir bien saisi la teneur de ce réseau social. Un manque d’adéquation qui m’a complètement sortie de l’histoire.
  • Je suis complètement passée à côté de Oiseaux lunaires de Michael Moorcock et Poèmes de Guy Gavriel Kay. Il serait absurde de revenir dessus.

Au final Utopiales 2017 est un bon cru pour moi, avec suffisamment de jolis textes pour me donner une impression globale positive, attendu qu’il est toujours difficile dans ce genre d’ouvrage d’être satisfait par l’intégralité du contenu.

Informations éditoriales

Publié en 2017 chez ActuSF. Contient 12 nouvelles citées dans le billet. Illustration de couverture de Laurent Durieux. 326 pages.

Pour aller plus loin

D’autres avis: Les lectures de Shaya, Nevertwhere, Blog-o-livre.
Les anthologies des années précédentes chroniquées sur le blog : 2012, 2011, 2010.

11 commentaires sur « Utopiales 2017 | l’anthologie officielle »

  1. J’aime bien l’affiche de cette anthologie (beaucoup plus que celle de cette année). J’ai lu Le gnome qui voulait être fée et j’avais bien aimé. Il faudrait que je voie si je la trouve en médiathèque. Merci pour cet avis 🙂

    J'aime

    1. Celle de cette année est assez particulière. J’aime quand même bien le parti pris du non-consensuel. Mes préférées sont celles de 2015/2016 je crois ^^
      Je ne sais pas du tout si ça peut se trouver en biblio, comme c’est une anthologie de festival. Mais peut être qu’il y en a encore en circulation ?

      Aimé par 1 personne

  2. Je n’achète jamais ces anthologies, je ne sais pas pourquoi…
    Toujours est-il que j’ai quand même lu « Pékin Origami » (très sympa) et « Les anges tièdes » (excellent), ça donne peut-être une idée du niveau de l’anthologie 2017 ? 😉
    Il faut que je me procure la nouvelle d’Audrey Alwett, il me semble qu’elle est gratuite en ce moment…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.