Cérès et Vesta | Greg Egan

Cérès et Vesta Greg EganImpressions.

Cérès et Vesta est une novella écrite par Greg Egan et publiée au Bélial’ en 2017 dans la collection Une Heure Lumière. Je poursuis mon rattrapage avec cette septième publication, première de l’année 2, en m’envolant pour Cérès et Vesta

De roche et de glace

Depuis son cocon, Camille plongea le regard dans la noirceur ponctuée d’étoiles, attendant que la terreur la submerge.
Incipit.

Cérès et Vesta. Les deux astéroïdes ont été colonisés et entretiennent des relations commerciales basées sur la complémentarité. Le premier fourni la glace ; le second la roche. Les chapitres entrecroisent les récits de deux femmes : Camille, quelques années dans le passé sur Vesta, qui voit monter la haine des « Sidavier » et la résistance qui s’organise ; Anna, nouvelle directrice du port de Cérès, chargée d’accueillir le fret de roches en provenance de Vesta.

Ces énormes blocs de roche qui transitent dans l’espace pendant plusieurs années accueillent parfois des modules contenant des « surfeurs » en hibernation, des Sidavier en fuite, prêts à risquer leur vie pour échapper à l’ostracisme dont ils sont victimes sur Vesta.

Alors que l’obscurité grandissait derrière ses yeux, Camille considéra les choses avec recul et se représenta le voyage à venir : sa lente spirale en direction de Cérès, la centaine de petits à-coups, les mille jours s’écoulant en silence. Sa peur avait disparu ; elle ne ressentait que regret et honte. Sa fuite était un fait accompli mais la lutte continuerait sans elle.

Un texte très accessible

Greg Egan transpose sur les deux astéroïdes un contexte social que l’on ne connait malheureusement que trop bien, à savoir l’exclusion et la persécution d’un groupe d’individus. Point de religion, de couleur de peau, d’orientation sexuelle, d’origine ethnique ici. Le point d’achoppement est tout autre tournant davantage autour de la question : est-ce que les individus d’une génération doivent payer pour les actions de leurs ancêtres ?

Au travers du point de vue de deux femmes, l’auteur nous fait découvrir deux aspects de ce contexte : d’une part, ses victimes qui tentent de résister, de s’insurger face à l’injustice et quand cela n’est plus possible de fuir ; d’autre part, une personne externe au problème mais qui embrasse la cause des opprimés. Mais ce n’est pas aussi simple que ça lorsqu’on doit ménager les relations d’un astéroïde avec l’autre. Etant visiblement un poil sadique, l’auteur mettra le personnage d’Anna devant un choix particulièrement cruel. Et de devoir en assumer les conséquences ensuite.

Une dissonance sachant sonner doit savoir sonner sans son son.

J’ai trouvé  ce texte moins étourdissant que les autres nouvelles que j’ai pu lire de Greg Egan : En apprenant à être moi, Des raisons d’être heureux ou encore Mortelles ritournelles (Diantre, mais en fait j’ai lu 3 nouvelles de cet auteur qui m’effraie au plus haut point). Des textes de hard-science qui m’avaient complètement retourné le cerveau. Pas de cerveau à l’envers ici, une réflexion humaniste néanmoins très intéressante. Qui plus est ce texte est étrangement accessible, il suffit de ne pas se laisser impressionner par les quelques descriptions plus pointues et tout se passera bien.

Cérès et Vesta est une novella accessible, s’éloignant des thématiques de hard-science chères à l’auteur pour se tourner vers des réflexions plus sociétales : l’ostracisme d’une minorité par une majorité au mieux silencieuse au pire persécutrice et le déroulé de ses conséquences.

Informations éditoriales

Novella écrite par Greg Egan et publiée au Bélial dans la collection Une Heure Lumière en 2017. Traduit de l’anglais (Australie) par Erwann Perchoc. Titre original : The Four Thousand, The Eight Hundred. Illustration et maquette de couverture par Aurélien Police. 107 pages.

Pour aller plus loin

La collection Une heure lumière sur le blog.
D’autres avis : Au pays des caves trolls, Les lectures du Maki, Albédo, RSF Blog, Lorhkan et les mauvais genres, L’imaginarium électrique (vidéo), Nevertwhere, L’épaule d’Orion , Les lectures de Xapur, Le chien critique, ou signalez-vous en commentaire

 Logo Défi CortexOcéanie ✅

logo-ssw-episode-IX

challenge summer short stories of SFFF 2020

 

23 commentaires sur « Cérès et Vesta | Greg Egan »

      1. J’ai lu le recueil Axiomatique dont sont tirés En apprenant a être moi et Des raison d’être heureux et j’avais adoré.
        J’appréhendais justement pour le côté hard sf abscons mais j’ai jamais trouvé ça hermétique. Il y a parfois des concept bien barré, notamment la première nouvelle avec une histoire de temps fractal et un moment qui n’arrive jamais, mais les intrigues rendent le tout passionnant et on a pas besoin, je trouve, d’être particulièrement calé ou érudit en sciences.

        Aimé par 1 personne

      2. Oui c’est tout à fait l’effet que m’ont fait les 3 nouvelles que j’ai lues. J’ai Zendegi sur ma liseuse, il faut que je me renseigne pour voir si ça semble raisonnable de poursuivre ma découverte de l’auteur avec .

        J'aime

  1. J’ai vraiment beaucoup aimé ce texte, et me souviens encore quelques années de la fin.
    Il paraît que Zendegi serait (selon je ne sais plus quel guide d’Apophis) le roman d’Egan le plus « accessible » car tourné sciences sociales, il est aussi dans ma PàL.
    Sinon pareil qu’Elassar, lu Axiomatique, je suis une brêle en sciences mais j’ai adoré.

    J'aime

  2. Pas trop d’enthousiasme de mon côté, c’est le genre de texte « un jour, peut-être, s’il me saute dans les bras »… 🙂
    « Une dissonance sachant sonner doit savoir sonner sans son son » –> Maiiis ma parole c’était quoi en anglais ce truc? C’est trop dingue! 😀

    Aimé par 1 personne

  3. Je suis moi aussi membre du club « Greg Egan me fait peur ». Du coup je note bien grand dans mon esprit de n’avoir aucune peur de cette novella-ci, qui pourrait en plus bien me plaire. ^^

    J'aime

  4. Ca me donne bien envie de me mettre aux nouvelles de Greg Egan !

    Je suis bien curieuse aussi sur le point traduction soulevé par Alys ! D’ailleurs c’est aussi rigolo de noter que le titre VO est bien différent et un peu moins parlant que sa traduction française.

    Aimé par 1 personne

    1. Mais oui, la folle qui a commencé par Diaspora tu peux résister à tout !
      Le titre VO est très explicite mais il faut avoir lu le livre pour le comprendre ^^

      J'aime

    1. Ha oui celui-là ne semblait pas piqué des vers XD Mon prochain sera vraisemblablement Zendegi puisque je l’ai en PàL et qu’on m’a dit qu’il était pas trop trash.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.