Dans le cerveau du gamer | Neuroscience, UX et conception de jeux vidéo

dans le cerveau du gamer celia hodentImpressions.

Dans le cerveau du gamer – Neurosciences et UX dans la conception de jeux vidéos  est un essai écrit et traduit par Celia Hodent et publié chez Dunod en juin 2020. Tout le monde sait que le cerveau d’un gamer fonctionne de façon très simpliste en mode Objectif -> Challenge -> Récompense et on se demande bien comment il est possible de pondre un livre de 300 pages sur le sujet. STOP ! Si vous pensez de la sorte, et surtout si vous taffez dans le milieu du jeu vidéo, ce livre pourra vous être utile.

Ceci n’est pas un livre de recettes

Ce livre commence par une sérieuse mise en garde : RIEN n’est simple quand il s’agit de parler du cerveau. Celia Hodent avertit les lecteurices d’entrée de jeu. Elle tient à dissocier sa démarche des articles clickbait qui te promettent monts et merveilles en trois coups de cuillère à pot.

Créer un jeu n’est pas facile. Créer un jeu à succès l’est encore moins. Et ce livre n’est pas la promesse du succès  en suivant à la lettre une recette efficace.

Celia Hodent est détentrice d’un doctorat en psychologie et a travaillé pour plusieurs gros studios de jeux vidéo (genre Ubisoft, LucasArt et EpicGame). Son champ d’expertise est de mixer approche UX (expérience utilisateur) et les sciences cognitives dans le jeu vidéo.

Ce livre est un guide

Dans le cerveau du gamer est divisé en deux parties. Dans la première, il s’agit de décortiquer ce que l’on sait du fonctionnement du cerveau et plus précisément :

  • la perception
  • la mémoire
  • l’attention
  • la motivation

Dans la seconde partie, elle s’applique à décrire l’approche UX en game design et à démythifier son impact dans la conception d’un jeu. L’approche UX consiste à appréhender le jeu vidéo sous l’angle du joueur, afin de comprendre comment il s’engage dans le jeu et comment il interagit avec lui pour lui offrir la meilleure expérience possible. Elle se sert de ses connaissances en science cognitive pour guider les professionnels vers la voie de la meilleure expérience joueur.

Son approche est très efficace et agréable à lire entre autre car :

  • de très nombreux exemples de bonnes ou mauvaises pratique issues du jeu vidéo nous sont proposés, y inclus dans la première partie
  • le travail de vulgarisation est remarquable
  • des schémas clairs viennent agrémenter la lecture
  • Hodent revient plusieurs fois sur les mêmes concepts sous des angles différents, respectant ainsi son propre adage qu’une information doit être répétée pour avoir une chance de bénéficier d’un apprentissage profond.

Au rayon des mini bémols, je dirais que les captures d’écran sont fort sombres et que la taille des paragraphes est parfois un peu décourageante pour un texte de non fiction qui demande une certaine concentration.

Dans le cerveau du gamer est un essai très utile pour n’importe qui travaillant ou souhaitant travailler dans le milieu du jeu vidéo. Il consiste à mieux comprendre comment les joueurs fonctionnent pour satisfaire au mieux ce pourquoi ils ont lancé votre jeu sur leur machine. Il pourra aussi passionner les gamers intéressés par le fonctionnement des jeux en arrière-boutique. 

Informations éditoriales

Essai écrit et traduit par Celia Hodent. Publié initialement en langue anglaise en 2017. 2020 pour la traduction française chez Dunod. Titre original : The Gamer’s brain : how neuroscience and UX can impact video game design. 299 pages.

Pour aller plus loin

Le site de l’autrice.
Celia Hodent, la psychologue française derrière le succès de Fortnite, article dans Le Monde Pixels.
D’autres avis : , ou signalez-vous en commentaire.

18 commentaires sur « Dans le cerveau du gamer | Neuroscience, UX et conception de jeux vidéo »

  1. Il tombe bien ton article par rapport à mes deux prochains « du samedi »…où j’ai des interrogations autour du jeu video. Cela dit je me contenterai du minimum de connaissance sur l’arrière boutique aujourd’hui pour garder la magie qui me semble souvent perdue dans ces considérations techniques.
    Joue-t-on mieux maintenant avec ces connaissances ? Je n’en ai pas l’impression.

    J'aime

    1. « Joue-t-on mieux maintenant avec ces connaissances ? Je n’en ai pas l’impression. » -> je t’avoue que c’est le genre de réflexion avec laquelle j’ai beaucoup de mal. Evidemment que oui ces connaissances apportent beaucoup au jeu vidéo. Joue-t-on mieux maintenant qu’avant ? Pour moi ça n’a aucun sens cette question. Le jeu vidéo de maintenant est le résultat de 50 ans d’évolution. Tu as l’air d’être beaucoup plus intéressé par le retro gaming mais c’est un rapport très différent au jeu vidéo que de jouer avec des jeux modernes, avec le rapport au temps qu’on a aujourd’hui.

      Je suis en train de jouer à The secret of monkey island (1990) et il est super ce jeu vraiment, c’est bourré de clin d’œil, c’est rigolo, c’est un classique du point and click mais l’utilisabilité du jeu est à chier. Dieu merci qu’on ait fait des progrès là-dessus, que ce soit en terme de programmation que d’interface utilisateur ou de ftue.

      J'aime

      1. La question était provocatrice et je développerait. ..car en effet ce n’est ni mieux ni moins bien. Mais cela pousse quand même à un stéréotype…à suivre

        J'aime

  2. Ouaouh. N’ayant jamais joué à rien, je n’avais même pas franchement conscience du mode « Objectif -> Challenge -> Récompense ». Ça doit être passionnant quand on s’y connait.

    J'aime

    1. On appelle ça une boucle de gameplay, c’est à mettre en rapport avec le circuit de la récompense qui est un système de fonctionnement essentiel chez les animaux, y inclus chez les humains. Mais évidemment le cerveau ne peut pas être défini uniquement par ce moyen ^^

      J'aime

    1. Pas besoin d’être calé sur le sujet pour peu qu’on y soit intéressé bien sûr, la vulga est très bien faite et les infos répétées plusieurs fois de différentes façons.

      J'aime

    1. En fait, comme mon N+1 avait lu le bouquin en anglais, j’étais déjà familiarisée avec un certain nombre de notions, de plus toute la partie qui décrit le fonctionnement du cerveau ne m’a pas en soi appris grand chose, surtout fait réviser des choses que j’avais apprises à la fac. Pour le reste, il faudra que je m’y replonge de temps en temps pour me rafraîchir la mémoire pour que le livre continue d’être source d’inspiration.

      J'aime

  3. UX et neuro, il a les mots clés idéals en titre en ce moment ! (désolé je fais une overdose de livres de marketing qui surfent sur la vague, je ne doute pas que ce livre soit plus intéressant et plus sérieux ^^)

    J'aime

  4. Merci d’avoir précisé la signification de « UX » ^^
    Donc en fait quand tu joues à un jeu, tu te fais manipuler le cerveau… oui bon fait ce n’est pas si surprenant ^^
    En tous cas, ça doit être bien intéressant surtout quand tu travailles dans le domaine, je trouve tout ce qui touche au cerveau assez fascinant.

    J'aime

    1. Donc en fait *spoiler alert* quand tu lis un livre, vois un film ou joues à un jeu, tu te fais manipuler. C’est de la manipulation acceptée (tu choisis toi même de t’y confronter) et acceptable (on cherche pas à te manipuler pour te vendre un truc dont tu veux pas par exemple) dans la plupart des cas, parfois il y a des méthodes qui sont éthiquement contestables, ou qui ne marchent pas sur toi mais basiquement on te fait plonger dans des mondes qui n’existent pas et on t’amène à éprouver des sentiments pour des choses qui n’existent pas et il y a plein de techniques pour se faire. Le style d’un auteur, le cadrage d’une scène, un dialogue entre des personnages, te confronter à un choix à dilemme dans un jeu vidéo… C’est pas toujours fait exprès hein, mais plus souvent qu’on ne le pense ^^ La différence avec le jeu video c’est qu’on te fait interagir directement avec le système qu’on te met sous le nez, ça rend sans doute la manipulation plus évidente. Bref, je pourrais parler de ça pendant des heures 🙂

      J'aime

  5. Une réflexion intéressante. Je ne le lirai pas mais, je serais assez intéressée par un retour plus étendu autour d’un repas dans le futur.
    Mis à part ça, ce type d’étude est nécessaire et cool pour les professionnels du métier et tous.tes celleux qui s’intéressent à cette thématique.
    (Une erreur typo au dernier paragraphe « Il consiste à mieux comprends »)

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.