J’ai testé TysT de luvan

TysT est un court roman écrit par luvan. Il a été… Wait… TysT n’est pas encore sorti, il est en ce moment même en crowdfunding, et ce jusqu’ à la fin du mois d’avril (2022). C’est aux éditions Scylla qu’il doit paraitre pour la fin de l’année. J’ai pu le lire en « avant-première » et je vous en touche quelques mots.

Projet éditorial

Luvan a écrit ce texte alors qu’elle était convalescente, pendant le premier confinement. Xavier de chez Scylla a eu un coup de cœur pour le texte et décidé de le publier. C’est un projet qui dépasse l’écriture car il est accompagné de :

  • 1 playlist (la musique est importante dans le récit)
  • 12 d’illustrations intérieures par Stéphane Perger qui a aussi réalisé la couverture
  • 2 cartes réalisées par Arnaud S. Maniak
  • les règles d’un jeu de rôles solo adapté du roman, par Melville.

Le roman est aussi accompagné d’une postface de Laurence Jonard qui fait le lien entre nos lectures d’ado et TysT.

couverture a plat stephane perger tyst luvan

Pays qui dort et pays qui vit

TysT est de ce genre de livre très difficile à chroniquer. J’ai en effet l’impression que dès que j’y colle des mots, je dénature le texte, le rend d’une banale concrétude là où les mots et la narration chantent leur poésie.

Endormie, je n’ai jamais possédé de cartes. Je les empruntais. Je les froissais entre mes doigts, les humais entre deux embarquements.
Je ne pensais pas que ces liges de relief rose pâle, sinueuse comme la chair des lézards, auraient un jour tant d’importance.
(incipit)

TysT demande à ce qu’on se laisse porter par le flux, sans chercher à tout décortiquer, ce qui, il faut le dire, m’est assez difficile. Pour preuve les schémas que j’ai dessinés en cherchant à comprendre comment cet univers fonctionne, avant de laisser tomber. Donc je vais plutôt essayer de vous dire ce que ça m’a évoqué et apporté.

20220413_195158

En très peu de mots disons simplement que TysT raconte la quête et les rencontres de Sauda qui peut voyager entre le Pays Dormant (le nôtre) et le Pays Vif. Le Pays Dormant n’est pas en excellente forme. Il y est fait mention de Troisième Guerre Mondiale, d’interdiction de voyager… Le Pays Vif est un monde de fantasy plein de mystères dans lequel les habitantes font des quêtes et y rencontrent des créatures aux noms rigolos et beaux.  Les deux pays sont affectés par une sorte de pollution, qui ne porte pas le même nom dans les deux mondes et dont on ne connaît pas vraiment la teneur.

Votre magie est opposée à la nôtre en ce que vous n’écoutez pas.

Une expérience de lecture unique

TysT est une expérience de lecture unique. Il demande un réel lâcher prise en terme d’explications, dans tous les cas je pense qu’on choisit son interprétation et qu’il ne faut pas essayer de deviner ce qu’a voulu dire l’autrice. Vous savez que je suis une fervente chercheuse des intentions plus ou moins avouées que les auteurices mettent (ou pas) dans leurs livres. Pourtant ce ne fut pas si difficile de lâcher du lest ici, à partir du moment où je me suis dis que l’intention de l’autrice n’était pas de nous donner la clé de son royaume mais que c’était à nous de forger la clé ET la serrure.

J’ai toujours suspecté les divinités grecques d’être des vivantes et leurs poétesses des éveillées.

Voilà comment je me suis appropriée TysT. J’y ai vu un roman d’apprentissage pour adulte, dans le sens où Sauda a 50 ans bien sonnées lorsqu’elle entreprend son voyage. Ca tombe bien car je vais en avoir 40 cette année et j’ai toujours pas compris comment ça marchait 🤷‍♀️

Ce qui m’a le plus parlé c’est cette notion d’endormie/éveillée et de passage entre les mondes, comme une leçon d’ éveil à l’imagination, en se basant sur les histoires qu’on lit, qu’on raconte, qu’on se raconte. Quelque chose qui a trait à une forme de spiritualité sans dieu qui me parle beaucoup. Un lien avec la Nature, avec la Beauté, à l’infimement grand et l’infiniment petit à l’extraordinaire dans la banalité et inversément. 

Nous sommes le mycélium. Vous êtes les champignons.

TysT est entre le conte, la fantasy et la science-fiction, un livre qui s’affranchit des limites des genres, en tout cas les rend poreuses. C’est comme le Pays Dormant dans lequel on peut trouver  des points de passage d’un monde à l’autre. Il suffit d’avoir ses soga avec soi et de se laisser prendre au jeu.

J’ai lu ce qui concernait le jeu de rôles avec intérêt. Je suis tentée de m’y essayer. Pour cela le livre papier me parait indispensable. Je verrai lorsque je l’ai réceptionné. Il est probable que mon envie se noie dans le quotidien et le livre suivant qui pousse le précédent dans la bibliothèque.

La guerre a toujours été l’apanage du pays dormant, que seule la politesse nous retient d’appeler « le pays de la mort ».

TysT est d’une richesse à couper le souffle, chacun y trouvera ce qu’il est venu y chercher. Pour moi, il est un voyage long et serein où les chants remplacent le fracas des armes qui s’entrechoquent ; un voyage qui permet de réfléchir sur soi dans son rapport au monde, aux mondes. 

Et pour vous ? Quel peut-il être ?

Informations éditoriales

Roman écrit par luvan. A paraitre aux éditions Scylla fin 2022. Postface de Laurence Jonard. Adaptation en jeu de rôles par Melville. Cartes réalisées par Arnaud S. Maniak. Illustrations intérieures et de couverture par Stéphane Perger. 249 pages.

Pour aller plus loin

Le crowdfunding et toutes les infos à savoir sur le livre (qui se termine fin du mois d’avril).
Mes impressions sur d’autres publications des éditions Scylla : Roche-Nuée. Bienvenue à Sturkeyville
D’autres avis : Weirdaholic, SF Elfette, Fourbis et Têtologie, Nevertwhere, Cat(s), books and rock’n roll, Les chroniques du chroniqueur, L’imaginarium électrique, ou signalez-vous en commentaire.

18 commentaires sur « J’ai testé TysT de luvan »

  1. C’est plus qu’intriguant, à l’image de son titre (il a un « sens » ?). Ça a l’air de vraiment dégager quelque chose de fort. Faut que j’aille lire le premier chapitre pour réellement me décider – avant l’échéance, ce qui est clairement l’aspect le plus compliqué. 😅

    J’aime

  2. Tu as parfaitement mis les mots sur mon expérience ! 😄 Je te rejoins totalement dans tout ce que tu décris. C’est une lecture qui m’a beaucoup touché personnellement et que j’ai trouvé très belle ❤️. Vivement qu’on tienne l’objet livre entre nos mains 🤞😊.

    J’aime

  3. C’est un chouette livre, ça m’énerve d’avoir gâché cette lecture en la forçant un peu. Je compte bien le relire au format papier. J’aime bien le fait que chacun y trouve quelque chose de différent, ça promet de chouettes échanges ^^.

    J’aime

  4. Je suis moins enthousiaste que toi, mais c’était très bien. Je suis comme Vert, il faut que je le relise dans de meilleures conditions un jour.
    Et c’est marrant, je mentionne justement deux œuvres qui m’ont influencée quand j’étais ado dans ma chronique.

    J’aime

  5. Bon, ça m’attriste un peu de dire ça, mais je crains de plus en plus que ça ne soit pour moi cette affaire… Le lien très fort avec la musique, je vais clairement passer à côté…. On verra bien.

    J’aime

    1. Le lien avec la musique ça me passe un peu au-dessus aussi en fait, le bouquin est très riche, on y trouve ce qui nous intéresse. Après c’est sûr qu’il ne faut pas forcer si tu sens que ce n’est pas pour toi. Au pire tu peux lire un extrait pour voir.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.