Les Utop’ jeunesse 18

utopiales 2018 jeunesseImpressions

Utopiales jeunesse 2018 est un recueil de 5 nouvelles publié à l’occasion des Utopiales 2018, grand rendez-vous annuel des passionnés de science-fiction. Ce court volume fait écho à l’anthologie officielle également publié chez ActuSF et se veut destiné au jeune public du festival. Prise de curiosité, j’en ai fait l’acquisition et vous partage mes impressions.

Lire la suite de « Les Utop’ jeunesse 18 »

Quelques minutes après minuit | Minuit 7, l’heure du conte

quelques minutes après minuit

Impressions.

Quelques minutes après minuit est un film de 2017 réalisé par Juan Antonio Bayona et distribué par Metropolitan. Ce conte fantastique, qui alterne séquences en cinéma d’animation et prises de vue réelles, parle de deuil et nous emmène loin dans l’imaginaire d’un jeune garçon. Quelques minutes après minuit va vous chambouler. Laissez-moi vous convaincre de le voir…

Lire la suite de « Quelques minutes après minuit | Minuit 7, l’heure du conte »

Vice-Versa | Un festival d’émotions

 

Vice-Versa affiche

Impressions.

Les studios à la lampe de bureau ont relevé avec brio un défi de taille : mettre en scène les émotions humaines. Via un voyage dans la tête d’une petite fille perturbée par le bouleversement de sa vie, ils nous font appréhender, comprendre la complexité de l’esprit humain, tout en l’expliquant avec simplicité, humour, et justesse. Petit ou grand, on ne peut qu’être charmé, enthousiasmé et ému par ce film qui ira, je l’espère, rejoindre Toy Story 3, Le Roi Lion et Wall-e au panthéon des meilleurs films d’animation.

Lire la suite de « Vice-Versa | Un festival d’émotions »

Cœur de Pierre | Chagrin d’amour

Brèves impressions.

J’avais flashé sur les graphismes et l’histoire de cette bande dessinée jeunesse en en lisant la chronique chez Acro. Olya en avait rajouté une couche, la vilaine. Mais elle s’est fait pardonner en me l’offrant pour mon anniversaire 😀

Lire la suite de « Cœur de Pierre | Chagrin d’amour »

Ernest et Célestine | L’histoire d’une amitié formidable

Brèves impressions.
Un vendredi après-midi – oui car comme il se doit Ernest et Célestine ne passait pas le soir – je me suis donc rendue à l’UGC Georges V – oui car comme il se doit, le film avait disparu de l’affiche de la plupart des UGC parisiens – dans une salle remplie de gamins en vacances accompagnés par leurs parents – je ne dois pas vous expliquer comment il se doit.

Lire la suite de « Ernest et Célestine | L’histoire d’une amitié formidable »

Mes cheveux fous | A mettre dans toutes les chevelures

Brèves impressions.

Bonnie fait la connaissance d’un monsieur à la chevelure folle. Dans ses cheveux, se baladent toutes sortes d’incongruités : des oiseaux, des tigres, des explorateurs égarés, des poneys marrants, voire même des montgolfières bigarrées. Voilà t-y pas que la petite Bonnie décide de mettre de l’ordre dans tout ça en y passant  … un PEIGNE ! Mais est-ce vraiment une bonne idée ?

Lire la suite de « Mes cheveux fous | A mettre dans toutes les chevelures »

Le Hobbit | Au fond d’un trou vivait un hobbit

Le hobbit annoté J.R.R. Tolkien nouvelle traduction couverture
Impressions.
Je ne puis nommer aucun livre pour enfants, paru au cours des vingt-cinq dernières années, dont je pourrais dire avec plus d’assurance qu’il sera lu au vingt et unième siècle.  Marcus S. Crouch, critique pour Junior Bookshelf, au début des années 50.

Commencer ces Impressions par cette citation, que l’on peut trouver dans l’introduction du présent ouvrage, n’a rien d’anodin. Comme beaucoup j’ai lu Le Hobbit quand j’étais adolescente. On était encore au 20ème siècle, mais même en ce temps-là, notre bon Marcus avait déjà gagné son pari. Je ne l’avais cependant plus relu depuis près de 10 ans, lors d’une relecture … en anglais. La nouvelle édition des aventures de Bilbo arrivait donc à point nommé pour relire cette petite merveille de la littérature jeunesse, de celle qui plait autant aux petits qu’aux grands et qui traverse le temps et les contrées.

Lire la suite de « Le Hobbit | Au fond d’un trou vivait un hobbit »