Trois conseils et demi pour aller voir Premier Contact

Impressions n°248

Premier contact (Arrival) était certainement le film que j’attendais le plus cette année. Entre excitation, craintes, impatience, curiosité, l’attente a été longue, avec des émotions assez similaires à celles que l’on expérimentera en voyant le film. Mais parfois, c’est quand on attend longtemps que c’est le meilleur. Pour ces Impressions, je vous propose un avis un peu particulier : il vous sera délivré en filigrane au travers de trois conseils et demi que je propose à ceux qui n’ont pas encore vu le film.

Lire la suite

Batman Arkham Asylum | cape ou pas cape ?

Batman Arkham Asylum affiche

Impressions n°246

Batman Arkham Asylum est un jeu Rocksteady de 2009 qui n’accuse pas du tout son âge. Le gameplay et le level design sont quasi parfaits, très équilibrés entre les combats, l’infiltration et l’aventure. Le tout est chapeauté par une narration qui ravira les fans de l’univers de DC Comics sans perdre ceux qui le connaissent moins. Enfilez la cape de Batman et partez à la découverte du célèbre hôpital psychiatrique et de ses occupants…

Lire la suite

Et que Lum’en soit

Lum'en couverture

 

Impressions n°245
Lum’en est un planet opera comme je les aime avec ses rencontres et ses découvertes étonnantes. Les préoccupations écologiques sont au centre de l’histoire. Celle-ci, bien que classique (la spoliation d’une planète par une multinationale), m’a entraînée dans son sillage avec une satisfaction palpable. Que demander de plus ?

Lire la suite

Trois zombies pas comme les autres

tag zombies

 

Tip/Top n°12
La littérature zombie a le chic pour questionner notre humanité. La littérature des « zombies qui pensent » prend un chemin de traverse : et si il devenait plus difficile moralement d’éliminer un zombie d’une simple balle dans la tête car ils sont doués de sentiments, d’émotions, de la parole, de capacités d’apprentissage et de liberté d’action et de pensée ?
Voici un trio de romans qui revisitent de concept du zombie + 1 bonus télévisuel.

Lire la suite

Celle qui a tous les dons | l’école est finie

Impressions n°240

Celle qui a tous les dons de M.R. Carey est un roman qui nous fait voir les zombies sous un autre jour en partant d’une idée originale. Si le premier tiers du roman passionne grâce à son sujet et au personnage principal, très attachant, la partie centrale du roman est plus prévisible et pourra lasser le lecteur habitué au genre. Toujours est-il qu’on y trouvera matière (grise) à réfléchir sur la notion d’humanité et de conscience.

Lire la suite

I’m here |romance atypique de Spike Jonze

I'm here Spike Jonze robots histoire d'amour

Fenêtre sur court n°3

Décidément Spike Jonze (Her, 2014) aime donner dans la romance atypique.

I’m here (2010) est un court-métrage mettant en scène une histoire d’amour entre deux robots. C’est beau et triste à la fois. La musique et les expressions des visages des robots participent beaucoup à cette ambiance.

Lire la suite

Seul sur Mars | Meilleur que le livre

Impressions n°235

Cela m’arrive peu souvent mais j’ai enchaîné la lecture du livre et la vision du film. On m’avait mis en garde mais au final, cela ne m’a pas du tout gênée. Par contre, cela va orienter la direction de cette chronique vers de nombreuses comparaisons entre les deux.
En deux mots le synopsis, au cas vous n’auriez pas suivi : Mark Watney est un astronaute en mission sur Mars. Suite à une tempête, l’équipe est contrainte de mettre un terme à la mission pour rentrer sur Terre. Sauf qu’au moment de partir, Watney se prend une antenne de plein fouet. Ses co-équipiers le perdent de vue dans la tempête et le pensent mort. Watney se retrouve donc seul sur Mars, sans moyen de communication avec la Terre.

Premier roman vs film d’un réalisateur aguerri

Le thriller d’Andy Weir souffre de plusieurs défauts qui sont soit absents soit atténués dans le film. Déjà le livre est un premier roman, le film est celui d’un réalisateur qui connait bien son affaire et d’un acteur qui crève l’écran. L’absence de style, les aspects factuels et la fin à la va-comme-je-te-pousse ne peuvent pas résister à des images grandioses et au jeu d’un acteur aguerri, même si, il faut avouer, le film manque de personnalité.

Je parle d’absence de style du roman mais pas d’absence de ton, qui, malgré la tension liée à la situation du personnage, reste souvent humoristique. Le film conserve ce ton, de façon moins caricaturale et parfois même sublimée. Cf. la scène du « projet Elrond », présente dans le livre aussi, mais élevée à un niveau de what the fuck qui a de quoi mettre les geeks de la salle en orbite.

 

 

Un scénario plus équilibré

Le scénariste du film a aussi eu l’excellente idée de nous épargner certaines des déconvenues de Watney ce qui rend ses autres mésaventures plus fluides, moins « manuel de survie en territoire hostile » que le livre.  J’ai trouvé aussi que les émotions montrées par Matt Damon rendent le personnage plus humain. Ce n’est, cependant pas totalement gommé ; la psychologie du héros reste assez peu développée. On est dans l’instant présent : on ne saura rien de son passé ou de son entourage. Et on est dans l’action : il y a peu de place pour l’introspection et le doute.

J’ai aussi largement préféré la fin qui mise la carte du retour d’expérience et de la métaphore avec la vie avec une dernière touche d’humour, plutôt que le discours grandiloquent sur l’altruisme de l’humanité. C’est plus vrai et surtout beaucoup moins arrogant.

 

Seul sur Mars le film est à mon sens meilleur que le livre car il évite les écueils d’un auteur débutant. Le scénario s’en trouve grandi, sur bien des points comme la fluidité des mésaventures du héros ou la fin, tout en conservant ce qui faisait déjà la force du livre : l’humour. Matt Damon a su faire de Mark Watney un héros plus humain, même si l’on reste essentiellement dans l’instant présent et dans l’action. Seul sur Mars est un film efficace bien que manquant de personnalité, ce que l’on pourra éventuellement regretter au vu de certaines des performances passées du réalisateur.

Informations éditoriales

Sorti dans les salles françaises le 21 octobre 2015. Titre original : The Martian. Réalisé par Ridley Scott, scénarisé par Drew Goddard, adapté du roman éponyme d’Andy Weir. Durée : 2h24, n’oubliez pas de vérifier votre réserve d’oxygène.