Walking Dead 1 | Passé décomposé

walking dead 1 passé décomposé couverture
Impressions n°135

Ce premier tome de Walking Dead m’ aura fait une excellente impression : des dessins bien fignolés (sauf pour le cheval dont j’ai trouvé les traits grossiers par rapport au reste, ce qui me laisse à penser que ce n’est pas trop le kif des dessinateurs et que donc on en verra peu dans la série, ce qui est dommage), une histoire qui tape fort avec des séquences vraiment retournantes (j’aime particulièrement les dessins chocs en pleine page, ils sont vraiment géniaux), des personnages que l’auteur n’hésite pas à faire mourir et une putain d’envie de savoir ce qui va se passer ensuite.

*** Préambule *** Je spoile toujours mes chroniques de Walking Dead. A vous de voir si vous souhaitez continuer votre lecture.

Quand tu te réveilles à l’hosto et que c’est la fin du monde

De prime abord, le noir et blanc aurait pu me rebuter. En fait non, les niveaux de gris sont tellement nuancés qu’on a presque l’impression de lire une BD en couleurs. On pourrait aussi se dire que le noir et blanc permet d’atténuer l’horreur de certaines scènes, mais quand on voit des planches comme celle ci dessous, il est permis d’en douter.

walking dead 1 passé décomposé tank zombies
OMFG
L’histoire tout le monde la connait : Rick, flic sans peur et sans reproche dans la petite ville de Cynthiana dans le Kentucky, se fait tirer dessus lors d’une opération, se retrouve dans le coma et se réveille dans un monde complètement transformé et accessoirement rempli de zombies.

C’est là que je me rappelle à quelle point j’aime le postapo, avec ce double sentiment qu’il est capable de générer : l’horreur de ce qui arrive à ce pauvre type, se réveiller comme ça au milieu des cadavres ambulants, retrouver sa maison vide, femme et enfant disparus, se faire agresser par une armée de morts-vivants ; et la jouissance de l’expectative des situations survivalistes auxquelles les auteurs vont le confronter.
walking dead 1 passé décomposé vélo zombies
Mais qui est-ce pour que ça le choque autant ?
Rick n’est cependant pas un personnage très attachant. Son côté archétypal est même très agaçant. Mais ça fonctionne vachement de part la symbolique du personnage : il représente l’Amérique et ses valeurs morales. Et tout cela s’écroule. C’est très bien représenté dans les quelques pages avec le cheval : cette scène où on le voit galoper avec son chapeau de cow-boy et ses armes sur son dos et à sa ceinture … L’Amérique … Deux pages plus loin, le cheval se fait manger et le voilà redevenu simple mortel parmi les mortels … Cela dit, il garde son chapeau.

walking dead 1 passé décomposé cheval zombies
Y en a un qui va passer à la casserole …

Des morts en pagaille

Un autre aspect intéressant de ce WD n°1, c’est la rivalité qui oppose Rick et Shane, qui non contents de se battre pour la même femme, luttent aussi pour la place de chef de groupe. Ce n’est pas dit explicitement mais c’est tout à fait ce qui se passe quand ils se disputent quant à la marche à suivre: Shane est confiant dans le fait que l’armée va venir les sauver et veut donc rester aux abords d’Atlanta (il est résolument tourné vers le passé) ; Rick quant à lui est plus réaliste et veut d’éloigner de la ville et de la masse grouillante des zombies qui l’occupent. Ce sera finalement Carl, le fils de Rick, qui donnera définitivement raison à son père.Du côté des autres personnages, il reste assez difficile de s’attacher à eux : ils ont tous une épée de Damoclès au-dessus de leur tête.  L’auteur nous le fait rapidement comprendre en en tuant quelques uns au passage. Par contre, les réactions des autres lors de décès, ou encore lors de la lente agonie de Jim, aide vachement à ressentir de l’émotion face à tous ces morts.  Et puis il y aussi Morgan Jones et son fils que l’on entraperçoit au début et à la fin du volume, dont l’immense solitude fait peine à voir.

Le seul truc que je n’aime pas, mais alors pas du tout, c’est cette manie de mettre certains mots en gras dans les bulles ; ce qui fait que dans ma tête, quand je lis, je ne peux pas m’empêcher d’appuyer sur le mot en gras (c’est quoi ce conditionnement à la con ?). Apparemment c’est une sorte de ponctuation assez fréquente dans les comics. En espérant finir par m’habituer … Pour le reste j’en redemande.


walking dead 1 passé décomposé hopital zombies
Fallait pas ouvrir la porte !

Et toi cher lecteur, chère lectrice ? Qu’as-tu pensé de ce premier tome ? Tu as lu la suite ? 

Pour aller plus loin

Publié en 2004. 2007 pour la présente édition chez Delcourt. Scénario par Robert Kirkman. Dessin par Tony Moore et Charlie Adlard. Trames et niveaux de gris par Tony Moore et Cliff Rathburn. Traduit par Edmond Tourriol / Makma. Titre original :  Walkind Dead – Days gone bye. 143 pages.
Les photos ont été prises au cours de ma lecture.
D’autres avis : 
Vert. Acro. Le Journal de Feanor.

 

 

18 réflexions sur “Walking Dead 1 | Passé décomposé

  1. Dis donc, sacrée chronique 😀 Tu as su dire ce que je voulais écrire dans la mienne, tiens.
    Ahah, je me reconnais bien là, moi aussi j'appuie sur les mots écrits en gras et c'est vraiment désagréable.
    A la maison, les livres sont passées entre de nombreuses mains ; j'ai même un copain qui a fait le grand chelem à lire les 15 tomes en quelques heures.

    J'aime

  2. Cette série est absolument géniale, en utilisant les zombies pour démontrer par l'horreur de quoi l'homme est capable lorsqu'il est confronté aux pires conditions et que sa survie est en jeu.
    Du grand art !

    J'aime

  3. Tu me rappelles que je dois aller lire ce que vous avez tous écrit au sujet de cette série. Je tenais à jour les chroniques pour le challenge mais sans les lire.

    Il est encore pire que moi ton pote …

    C'est vraiment pénible les mots en gras.

    J'aime

  4. Et bah dis donc, tu nous fais un article vraiment complet et bien analysé :p

    J'avoue que j'ai lu les 6 premiers à la suite, et depuis, j'ai laissé tomber. Je ne sais pas pourquoi (enfin, si je sais, ils étaient empruntés à la médiathèque), et depuis, j'ai pas eu envie d'y retourner. Fin, pas que j'ai pas envie, mais juste que ça me botte pas pour le moment. Ptête un autre jour 🙂

    J'aime

  5. Ben zut alors, j'avais répondu à ton commentaire hier soir …

    Bref je disais : Merci, je l'ai lu trois fois, ça aide un peu à avoir plein de choses à raconter.

    Mieux vaut attendre d'être humeur à reprendre. C'est déjà énorme que tu aies lu les 6 premiers et que ça t'ai plu, alors que les zombies ce n'est pas ta tasse de thé à la base.

    J'aime

  6. J'ai vu que le tome 16 sortait début septembre, je suis contente ! Je les ai même fait lire à mes parents qui ont vraiment aimé, c'est dire. Ils n'ont pourtant jamais lu de Comics de leur vie.

    J'aime

  7. Tiens ça me rappelle qu'il faut que je reprenne mon visionnage de la saison 1 de la série moi…
    (mais j'ai toujours pas résolu mon dilemme de quand regarder ça sans dégobiller sur l'écran :D)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s