Des nouvelles de Bifrost #105 | Ray Nailer, Laurent Genefort, Eric Brown, Leigh Brackett

Ce 105ème Bifrost publié en janvier 2021 par les éditions du Bélial propose un dossier sur Leigh Brackett. Je m’intéresserai dans les présentes impressions aux 4 nouvelles qui ouvrent la revue, à savoir : Père de Ray Nailer, Cavorite de Laurent Genefort, La tragique affaire de l’ambassadeur martien d’Eric Brown et Toutes les couleurs de l’arc-en-ciel de Leigh Brackett. C’est parti…

Père, Ray Nailer

Un jeune garçon qui a perdu son père à la guerre se voit offrir un père de substitution robot. S’il apprivoise très vite le robot comme figure paternelle, il doit faire face à la curiosité, mais surtout à l’hostilité de certaines personnes. Surtout celle d’une bande de jeunes dirigée par le jeune Archie, à la vindicte mal placée.

Une nouvelle incroyablement émouvante sur la relation d’un enfant et son père de remplacement et les méchanceté de bullies jaloux et ignorants. Il s’agit d’une première traduction française pour l’auteur mais pas la dernière, j’espère (ce que laisse suggérer une petit phrase pas anodine dans l’introduction à la nouvelle d’ailleurs).

J’ai eu un père pendant six mois.
J’avais sept ans lorsque je l’ai rencontré.
(incipit)

Publication initiale en 2020. Traduit de l’anglais [US] par Henry-Luc Planchat. Titre original : Father.

Cavorite, Laurent Genefort

Cavorite est un ensemble de faits divers issus de coupures de presse fictives qui sont de près ou de loin liée à la cavorite.

Des interludes du même type étaient déjà présents entre les chapitres dans Les temps ultramodernes (ma chronique), le roman se passant dans le même univers. Du matériau non utilisé pour le roman ? Les entrefilets, écrits dans un style journalistique, fonctionnent bien, prolongeant agréablement l’expérience du roman.

Un nouvel exploit est à mettre au crédit des Brigades de l’Aigle, service volant des Brigades du Tigre : l’avortement, dans l’œuf, d’une tentative de rapt de l’Obélisque de Louxor.

Nouvelle inédite.

La tragique affaire de l’ambassadeur martien, Eric Brown

Une enquête de Sherlock Holmes un peu particulière puisqu’elle va tourner l’esprit de déduction du célèbre détective vers le décès suspect de l’ambassadeur des Martiens.

Bon. Je n’ai pas trouvé ça dingue. C’est très classique. Une banale histoire de masculinité toxique, avec un manque d’enjeux surprenants propres aux visiteurs martiens. Comme sait le faire Adam Troy Castro (mon avis sur Emissaire des morts) par exemple. Je me demande avec un peu d’appréhension ce qui m’attend avec Simulacres martiens, paru dans la collection UHL récemment.

Au printemps 1906 se déroula une des affaires les plus fascinantes dont mon ami, Mr Sherlock Holmes, eut le bonheur de s’occuper après l’arrivée des Martiens sur notre planète dix ans plus tôt.
(incipit)

Publication initiale en 2013. Traduit de l’anglais [UK] par Michel Pagel. Titre original : The Tragic Affair of the Martian Ambassador.

Toutes les couleurs de l’arc-en-ciel, Leigh Brackett

Fin et Ruvi parcourent les US en voiture à la rencontre de la civilisation humaine. Au fin fond de je ne sais quel état, ils feront la connaissance d’une population profondément xénophobe et raciste. La leçon sera douloureuse.

Toutes les couleurs de l’arc-en-ciel est une évocation pas masquée du tout du racisme sévissant dans les années 50, transposé à des extraterrestres. Si la transposition n’est pas subtile, elle est très efficace. J’ai aussi trouvé une certaine lucidité à ce texte qui évoque comment peut naître la haine de l’oppresseur chez l’opprimé.

Deux autres remarques concernant ce texte. 1. L’E.T. féminin a un rôle de potiche : 😑 2. J’aime bien l’écriture de Leigh Brackett, ce qui est une bonne nouvelle car j’aimerais bien lire son Grand Livre de Mars un jour.

C’était sa première mission d’envergure sous sa responsabilité directe, sans autre supérieur immédiat que le Centre Galactique – qui se trouvaient bien loin. Les doutes quant à sa réussite ,e manquaient pas.
(incipit)

Publication initiale en 1957. Traduit de l’anglais [US] Bruno Martin. Révisée par Olivier Girard. Titre original : All the colors of the Rainbow..

Informations éditoriales

Revue publiée en janvier 2021 par les éditions Le Bélial’. Illustration de couverture par Nicolas Fructus. 192 pages.

Pour aller plus loin

Des nouvelles de Bifrost sur le blog.
D’autres avis: Ombre bones, Le nocher des livres, ou signalez-vous en commentaire.

12 commentaires sur « Des nouvelles de Bifrost #105 | Ray Nailer, Laurent Genefort, Eric Brown, Leigh Brackett »

  1. Cet incipit de « Père ». =O J’ai l’impression que le lobbying de FeydRautha pour Ray Nailer va s’étendre.
    J’avais lu une nouvelle de Leigh Brackett offerte par Le Bélial’ il y a quelques années, et ça m’avait fait une impression proche, c’était vraiment agréable à lire et depuis j’ai dans un coin de la tête l’idée d’en lire plus – un jour, quand je passerai outre la taille des ouvrages réédités. 😅

    J’aime

  2. Je suis d’accord avec toi sur le manque d’ambition de la nouvelle avec Sherlock, c’était un divertissement quoi et dans Simulacres j’ai trouvé le personnage sous exploité.

    Pour Leigh je pense que la femme potiche ça vient sûrement d’une « habitude » de l’époque… Mais je me rends compte que je ne l’ai pas relevé sur le coup 😅 mince.

    J’ai bien aimé ce Bifrost en tout cas et ça m’a aussi donné envie d’en lire plus de Leigh Brackett mais j’ai besoin du déclic 🙄 un jour…

    J’aime

    1. Arf pour Simulacre. Bon au pire, ce ne sera de toute façon pas désagréable à lire, c’est toujours sympa de voir une variation sur Sherlock Holmes.
      Oui je pense en effet que c’est dû à l’époque. Parfois j’arrive à ne pas y faire attention/passer au-dessus dans la SF ancienne, mais là j’ai trouvé ça crispant, peut être dû au fait que c’est une autrice.

      Aimé par 1 personne

  3. Merci pour cet avant-goût! Je dois l’acheter, car cette autrice m’intéresse. Je ne sais plus pourquoi, en fait. Mars, sûrement. J’avais noté son nom après une chronique chez Lorhkan.

    J’aime

      1. oui pardon, je suis tellement à la ramasse de partout, mais j’essaie d’améliorer tout ça d’une manière ou d’une autre. En tout cas, rassure-toi, cela n’a rien à voir avec ton contenu car j’apprécie ce temps pris à te lire.

        J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.