Bilan lectures : livres, revues et bandes-dessinées

chats intello livres

Dépôt de bilan n°20

Comme chaque année, voici le bilan de mes lectures de 2017. On va y causer BD’s, revues mais surtout livres. On va trouver plein de stats sur les genres, les maisons d’éditions, les pays d’origine des auteurs qu’ai lus cette année. On va aussi y trouver mes tops de l’année. Profitez du voyage !

Chiffres globaux

  • 119 livres soit 13609 pages soit 113 pages par volume en moyenne
  • 18 revues soit 2165 pages soit 120 pages par volume en moyenne
  • 5 bandes dessinées soit 523 pages soit 105 pages par volume en moyenne

Pour un total de 16297 pages soit 114 pages par volume en moyenne (15084 l’an dernier).

Bandes dessinées

5 bandes dessinées soit 523 pages soit 105 pages par volume en moyenne. 11 l’an dernier.

Le constat est toujours pareil que l’an passé : pas le temps de lire des bandes dessinées. Je n’ose même plus espérer y remédier en 2018.

Pas grave, j’ai quand même 2 bandes dessinées que j’ai hâte de lire dans ma PàL : Culottées 1 & 2 de Pénélope Bagieu.

Je dois 3 des bandes dessinées que j’ai lues à Comic’s Whales, le club de lecture de bandes dessinées ; dont mon unique coup de cœur BD de cette année : Mars Horizon, de Florence Porcel et Erwann Surcouf, que j’espère vous chroniquer prochainement.

Sur 13 noms indiqués sur la couverture (dessin / scénario principalement), 5 sont des femmes.

Revues

18 revues soit 2165 pages soit 120 pages par volume en moyenne. 52 l’an dernier.

L’an dernier étant un peu particulier, cette grosse chute est on ne peut plus normale. Cela devrait encore diminuer en 2018.

Je ne me suis plus réabonnée à JV le mag. Pour des raisons de réflexions autour de ma façon de consommer, j’ai décidé que je pouvais m’en passer (podcast et youtube pour compenser). Mais c’est de la top qualité, jetez vous dessus si vous cherchez une chouette revue de jeux vidéo. J’ai aussi laisser tomber mon abonnement à Les Jours par manque de temps (mais c’est aussi de la top qualité avec une façon originale et addictive d’aborder des sujets d’actualité).

J’ai gardé :

  • Les HS de Mad Movies toujours aussi excellents. En bestof cette année : Rocky et La planète des singes.
  • Bifrost dont j’ai renouvelé mon abonnement en cours d’année. Mon préféré a été celui sur Richard Matheson, suivi pas loin derrière du numéro sur Greg Egan.

Livres

119 livres soit 13609 pages soit 113 pages par volume en moyenne. 27 l’an dernier.

Le livre le plus court fait 4 pages. Il s’agit de la nouvelle à l’unité Gros Œuf petit Œuf de Timothée Rey. Le livre le plus long fait 672 pages. Il s’agit de Rules of play, un bouquin en anglais assez pointu qui parle de conception de jeux. A dire vrai je n’ai pas lu chaque ligne en entier mais plutôt lu les résumés des chapitres + quelques points qui m’intéressaient plus particulièrement. Ça m’a pris 11 mois.

Le bilan livres est un peu particulier cette année. Depuis le début de l’année j’essayais d’alterner mes lectures habituelles avec des lectures de nouvelles isolées en format numérique qui stagnaient dans ma liseuse depuis parfois plusieurs années. Courant octobre, je me suis prise de l’envie subite de me débarrasser de tout ça, du coup je n’ai quasi plus lu que ça, jusqu’à la fin de l’année. Le 31 décembre, j’ai enfin lu la dernière nouvelle isolée de ma liseuse. D’où ce chiffre qui semble passé à la gonflette. Quand on compare le nombre de pages lues l’an passé, on voit bien que je reste dans des proportions similaires.

Ce type de comportement vous parait peut-être un peu fou mais ça me fait tellement de bien d’avoir réduit la PàL numérique de trois quarts. Je ne vais pas trop m’étendre sur la question maintenant car j’aimerais allouer un billet spécifique à la gestion de ma PàL  et mes autres « Pile à » plus tard dans l’année.

Statistiques

Types de livres

Types de livres 2017 stats

Sans surprise évidemment les nouvelles unitaires (64%) tiennent une part conséquente dans ce beau graphique camembert. 2017 a été l’année de la nouvelle pour moi. En additionnant les recueils de nouvelles (3%) et les novellas (1%), on arrive à 68%. Le roman vient cependant en seconde position avec 27% (37% l’an dernier). On trouve aussi 5% d’essais (18% l’an dernier).

Note : les nouvelles bifrostiennes ne sont pas comptées dans ces stats vus que répertoriés dans les revues.

Auteurs 

Pays origine auteurs 2017 stats

61% d’auteurs français, suivis par les USA (19%) et le Royaume-Uni (11%). Dans tous les cas ce top est marqué par la prééminence de la littérature francophone et anglo-saxonne. Dans « Autres » , on pourra croiser : Allemagne, Belgique , Danemark, Espagne, Russie, avec une seule entrée. Cela reste plus diversifié que l’an dernier : 10 pays différents contre 7 l’an dernier.

Le top 4 des auteurs les plus lus cette année (hors nouvelles isolées) :

Lyman Frank Baume – 4 titres
Alexander McCall Smith – 4 titres
Emile Zola – 3 titres
Glen Cook – 3 titres

17% des titres ont été écrits par des femmes ; 83% par des hommes. Je ne prête pas encore une attention particulière à cela pour le moment car comme ces dernières années je suis très axée sur le fait de consommer ce que je possède et que mes PàL numériques et papier sont « vieilles » et que beaucoup des autrices que j’avais dans ma PàL ont été lues dans le cadre du SFFF au féminin, en 2014/2015, ça se paie.

Top 5 maisons d’édition

Top 5 éditeurs 2017 stats
Les nouvelles isolées sont incluses, d’où une énorme prééminence du Bélial’ et de L’Atalante grâce à:

  • pour le premier plusieurs années de nouvelles mensuelles gratuites
  • pour le second à plusieurs années de Décades de l’imaginaire.

Pour Cherche Midi, je triche un peu car il s’agit en fait de 2 livres d’intégrales comportant chacun deux titres.

J’ai lu des livres de 35 maisons d’édition différentes.

Genres

genres littéraires 2017 stats
Attention : les chiffres ne sont pas en % et un même titre peut recevoir jusqu’à 2 genres différents.

Comme l’an dernier on retrouve une large prééminence de la SF (54 titres) encore accentuée par le grand nombre de nouvelles que j’ai lues cette année et qui étaient principalement des nouvelles de SF. Cela dit cela correspond à une réflexion que je me fais depuis quelques temps : je crois que je préfère la SF à la Fantasy.

Dans les chiffres, la Fantasy et le Fantastique se valent (21 et 19 titres). Pour le reste ma foi, tout cela est très éclectique et me convient bien. Dans « Autres », on pourra par exemple trouver : space opera, psychologie, zombie, horreur …

Tops

Commençons par Zola. En 2017 j’ai commencé à relire tous les Rougon Macquart dans l’ordre. J’ai lu les trois premiers actuellement et j’ai pris mon pied avec chacun : La Fortune des Rougon, La curée, Le ventre de Paris.

Ensuite:

Le petit jardin des fées, Anne Dugüel. Ce petit bouquin qui ne payait pas de mine dans ma liseuse est une véritable perle. Une histoire affreuse dont l’acheminement à son point culminant est raconté par ses différents protagonistes en quasi huis clos car l’intrigue se tient dans un petit village. Une excellente surprise.

Le pistolero, Stephen King (relecture). J’ai grandement apprécié me replonger dans ce livre atypique de King, premier opus de sa protéiforme saga de La Tour Sombre. Avec une des meilleures premières phrases de la littérature :

L’homme en noir fuyait à travers le désert, et le pistolero le poursuivait.

J’ai lu énormément de nouvelles isolées et un certain nombre d’entre elles m’ont marquée. Je triche un peu pour me limiter à 10 11 14. Comme elles sont nombreuses et que je n’ai pris aucune note à la lecture, je vais être assez lacunaires dans mes explications, pardonnez-moi d’avance. N’hésitez pas à demander des précisions en commentaires.

Greg Egan. Je triche car j’ai lu trois nouvelles isolées du monsieur gracieusement fournies par Le Bélial’. Elles ont toutes les trois été très marquantes, du genre à vous retourner le cerveau comme un gant de toilette : En apprenant à être moi, Mortelles ritournelles, Des raisons d’être heureux. Elles ont, de plus, accompagné ma lecture du Bifrost consacré au monsieur. Un combo gagnant.

Nouvelle vie ™, Pierre Bordage. Une nouvelle glaçante dans un futur où le génome humain peut faire l’objet d’un copyright. Une nouvelle qui pose des questions éthiques angoissantes à l’heure où les multinationales tendent à s’approprier tout et n’importe quoi.

Personne ne l’a vraiment dit, Lionel Davoust. Qu’est-il arrivé à Pinocchio une fois l’histoire terminée ? Une réflexion poignante sur l’après conte de fées. Après tout la vie continue quand on a tourné la dernière page. Mais quelle est cette vie ? Est-elle aussi heureuse que ne laisse le supposer le happy end ?

En sa tour Annabelle, Claude Ecken. Ce texte est magnifique. Une poésie de tous les mots, même ceux qui n’ont pas de sens (mais n’en ont-ils pas ?). Un amour fraternel indéfectible. J’ai adoré. C’est doux, sensible, tellement touchant.

Deuxième personne du singulier, Daryl Gregory. Peut-on à la fois être une personne tout à fait différente et en même temps tout à fait la même personne ? Une nouvelle très efficace, qui met à mal les certitudes du lecteur sur la conscience et l’identité.

L’homme qui plantait des arbres, Jean Giono. Elzéard Bouffier plante des arbres. Genre tout le temps, pas comme un passe-temps du dimanche. Il change par son action non seulement la nature environnante mais aussi la vie des habitants de la région. Un conte naïf peut-être mais résolument optimiste qui chante son amour de la nature.

Quand arriva la fin du monde, en fin de matinée, Anne Larue. Inviter le Journal de Virginia Woolf dans la chambre d’une vieille dame au moment de la fin du monde. Incongru ? Et pourtant Anne Larue l’a fait dans cette nouvelle post-apocalyptique qui met en scène le personnage d’une petite vieille et d’un jeune garçon pas mécontents du tout de leur solitude involontaire.

Les griffes du grogneur, Timothey Rey. Une enquête rondement menée de N’a-Qu’un-Œil, le shaman détective de la préhistoire, qu’on peut retrouver dans le recueil Les souffles ne laissent pas de trace pour du pur polar préhistorique.

Le vieux Monsieur Boudreaux, Lisa Tuttle. J’aime toujours autant la délicieuse étrangeté des textes de Lisa Tuttle. Une nouvelle pleine de sérénité.

L’île, Peter Watts. Un texte Hard SF qui, bien que soutenu, sait toucher les émotions du lecteur. On y parle de rencontres extraterrestres, d’intelligence artificielle, de voyages spatiaux. Entre ce texte et les nouvelles de Greg Egan, c’est que j’aurais presque envie de me mettre sérieusement à la hard SF !

La fin de l’hiver, Laurent Genefort. Laurent Genefort est mon petit chouchou. Chouette, ce texte ne fait pas défaut ! Dans un monde plongé dans un hiver perpétuel, un groupe va tenter l’impossible : rejoindre un lieu mythique en dirigeable. Une aventure plaisante dans le monde des portes de Vangk créé par l’auteur.

Encore une année de transition pour moi.  Dans ma façon de consommer, mais de façon plus générale dans ma vie. Je suis plutôt satisfaite de parvenir à maintenir un rythme de lectures honorables (plus de 16 000 pages !) malgré que ces dernières années aient été assez compliquées.  J’espère que celle-ci, qui devrait être plus calme mais bien occupée néanmoins, m’offrira de nombreuses lectures intenses à vous partager, histoire qu’on puisse fêter ça dignement début 2019. 

A bientôt pour le bilan cinéma et séries télé !

Et vous ? Vous avez lu quoi de beau en 2017 ?

22 réflexions sur “Bilan lectures : livres, revues et bandes-dessinées

  1. Trop de choses à dire sur ce billet formidable! Tu es une grande malade et j’ose penser au temps que ça te prend mais c’est super intéressant à lire!
    Je lis peu de BD, en partie par manque de temps mois aussi, mais paradoxalement je trouve ça super pratique car ça se lit extrêmement vite. J’ai du mal à me dire « allez je cale une BD entre deux livres » de peur de ralentir trop sur les livres, mais au final ça prend une heure (enfin tout dépend de la BD bien sûr, mais disons que ce n’est tellement pas comparable à un « vrai » livre).
    Alexander McCall Smith dans les écrivains les plus lus, youhouhou!! ^^
    « Cela dit cela correspond à une réflexion que je me fais depuis quelques temps : je crois que je préfère la SF à la Fantasy. »: j’ai l’impression que c’est une évolution assez commune car l’aspect « roman initiatique » de la fantasy ne prend plus autant quand on prend en âge. Mais je me demande si je ne vous ai pas fait part de cette impression à Sèvres et que vous m’aviez tout de même signalé pas mal d’amateurs adultes de fantasy.
    Ravie de voir Zola et le Pistolero dans ton top de l’année!!! ❤

    Aimé par 1 personne

    1. Tigger Lilly

      Une journée de taf 😀
      Oui il y a des adultes qui préfèrent la Fantasy à la SF. Ils sont probablement plus nombreux. Je trouve qu’il y a plus de séries de fantasy qui sont populaires auprès d’un public large que de bouquins de SF. Par exemple Le Trône de Fer ou Robin Hobb.

      J'aime

  2. Pour 2018, question BD, tu as très bon avec les Culottées de Pénélope Bagieu. C’est intéressant de savoir que c’est le club de lecture Comic’s Whales qui te motive. Par contre, je trouve que ce n’est « pas glop » ces 5 femmes sur 13 noms cités :/
    Comment tu t’es sentie en réussissant ton challenge-qui-n’en-était-pas-un en lisant toutes les nouvelles à l’unité que tu possédais ? Était-ce agréable de ne lire que des formats courts sur le dernier trimestre ? D’ailleurs, moi qui ne suis pas une grande amatrice des nouvelles, je tiens à signaler que j’ai lu celle de Lisa Tuttle qui figure dans ton top14, tout de même.
    61% de littérature francophone est plus qu’honorable ; je ne tiens pas de statistiques mais je pense que cela doit être catastrophique par rapport à la littérature anglosaxonne (que je lis non pas en VO mais en VF). L’axe principal et prioritaire était de dévorer ma PAL.

    Aimé par 1 personne

  3. Tigger Lilly

    Ben 5 femmes sur 13, ça fait 38% ce qui est la meilleure stats de répartition hommes femmes que j’ai dans mes tops actuellement. Vu que c’est 17% pour les livres et ça tourne dans les 12/14% pour la réalisation de films. Après le chiffre est beaucoup trop petit pour en tirer une quelconque conclusion (c’est d’ailleurs pour ça que je n’ai pas mis de pourcentage).
    Bravo pour la nouvelle de Lisa Tuttle ! Il me semble que tu avais lu et apprécié son recueil non ?
    Le 61% est potentiellement biaisé par les nouvelles isolées, je ne me souviens plus.
    Je comprends j’ai le même axe prioritaire. De toute façon si je dois faire attention à quelque chose en lisant je ferai plus attention à la répartition hommes femmes qu’à l’origine des auteurs. Ça me parle plus ^^ Par contre introcuire plus de diversité oui, pourquoi pas 🙂

    J'aime

  4. Impressionnant tout ça, même si c’est un peu biaisé par les nouvelles isolées. Et quelle précision dans ces statistiques ! Ça t’a sûrement pris du temps (une journée comme tu les dis plus haut) mais on sent que ça t’a amusée de le faire. Et c’est sympa à lire.
    Et puis c’est bien parce que ça te permet de voir tes habitudes de lectrice et de voir ce qui éventuellement peut être amené à changer. Plein de belles perspectives pour 2018 donc. On suivra ça de près. 😉

    J'aime

    1. Tigger Lilly

      Oui je trouve ça amusant. Ce n’est en effet pas du tout dans un objectif de productivité ou de me lamenter que c’était mieux avant ou quoi que ce soit. D’ailleurs je ne fais les tableaux croisés, les additions et les moyennes qu’une fois l’année terminée. Je suis d’ailleurs assez étonnée à chaque fois de ma consistance avec moi-même. Par exemple le nombre de pages lues tournent toujours autour des mêmes chiffres. Maintenant que j’ai déménagé, je suis curieuse de voir comment ça va évoluer. Car je passe moins de temps dans les transports, mais par ailleurs j’essaie de lire plus le soir et le we. Rendez-vous l’an prochain pour savoir si cela change quelque chose :p

      J'aime

  5. Joli bilan ! Super ton top des nouvelles, s’il n’avait pas été là, j’en aurais sûrement fait la requête 😉 Certains titres me disent quelque chose, pas impossible que j’en ai quelques unes qui traînent dans la liseuse aussi…

    J'aime

  6. Un bilan hyper appréciable. Notamment pour les nouvelles auxquelles je saurai me référer à l’occasion.
    J’avais aimé le recueil Ainsi naissent les fantômes de Tuttle.
    C’est un format vers lequel je ne vais pas instinctivement, mais que j’apprécie quand ça arrive.

    Les bds, je trouve toujours du temps pour en caser une. Ça permet une pause après un pavé, de digérer un roman qui a été très fort et qui pourrait du coup m’empêcher d’apprécier convenablement le suivant. Et puis j’aime ça tout court.
    J’en ai lu une trentaine en 2017.
    Les mangas ont fait une énorme percée de mon côté parce que inscrite à un challenge. De belles découvertes (Cesare, Monster).

    Grâce à un autre challenge, j’ai une idée du nombre de pages lues (hors bds, mangas, théâtre, nouvelles, essai et poésie) : 20349 pages.

    En tout cas, joli bilan de ton côté.
    Suis vraiment impressionnée par le lvl de détails 🙂 Bravo

    J'aime

    1. Tigger Lilly

      La nouvelle Le vieux Monsieur Boudreaux est toujours disponible sur le site de Dystopia, si jamais ça t’intéresse.
      C’est bien de lire des bd’s de la sorte, je devrais m’en inspirer. Mais il faudrait que j’aille plus souvent à la bibliothèque alors pour en avoir toujours une ou deux sous le coude.
      Woaw plus de 20 000 pages sans compter plein d’autres trucs, chapeau !
      Merci, ça m’a beaucoup amusé de le faire ^^

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s