La troisième griffe de Dieu | Huis clos en ascenseur spatial

la troisième griffe de dieu adam troy castro

La troisième griffe de Dieu est le second tome de la trilogie Andrea Cort, écrite par Adam-Troy Castro. Il contient un roman et une novella qui poursuivent les aventures de notre procureure galactique préférée. Publié chez Albin Michel Imaginaire en 2021, il a été traduit par Benoit Domis. Montez à bord du Carrosse Royal et profitez de quelques moment charmants et meurtriers en compagnie de gens que vous détestez…

***J’allais faire une annonce vocale mettant en garde les -encore- non lecteurices de ces très chouettes polars spatiaux contre les spoilers liés au premier volume, mais à la relecture de cette chronique, il s’avère qu’elle en contient fort peu. Vous faites comme vous voulez, mais la narration ayant une certaine cohérence et une progression indubitable, je vous invite aussi à aller lire ma chronique d’Emissaire des morts pour vous faire une idée de quoi il retourne***

La troisième griffe de Dieu

Andrea Cort a accepté l’invitation de Hans Bettelhine, un puissant marchand d’armes qui possède une planète entière, Xana. Dès son arrivée dans la station de transit Indolente, elle manque de se faire assassiner. Pour ce faire, ses agresseurs se sont servi d’une arme ancienne aux effets liquéfiants : une griffe de Dieu. Alors que l’enquête poursuit son cours, elle prend l‘ascenseur spatial qui doit la mener sur Xana, en compagnie de membres de la famille Bettelhine, d’employés et de personnes qui gravitent autour de la famille. De quoi nous concocter un petit meurtre en huis clos des familles, dans un ascenseur spatial, ça nous changera du train (wink wink Le crime de l’orient Express) et des îles isolées (wink wink Glass Onion).

<> Vous aurez bientôt à affronter les impulsions les plus contradictoires du comportement sentient : la domination au nom de l’amour, la tyrannie au nom de la liberté, la corruption dans les cœurs de ceux qui se croient animés par les motivations les plus pures. Vous aurez aussi à faire face à une question de logique, à propos de votre passé, que vous n’avez jamais songé à vous poser. L’attentat contre votre vie n’est qu’un à-côté, mais nous pouvons vous mettre en garde : ce ne sera pas le dernier, avant la fin de cette affaire. Certaines d’entre nous pensent que nous devrions trembler pour vous. Nous espérons que vous survivre au choc. <>

La troisième griffe de Dieu nous propose donc une nouvelle enquête d’Andrea Cort. Mais il est aussi l’occasion de faire avancer son histoire personnelle après les révélations d’Emissaire des morts. En effet, si la question centrale de l’enquête d’Andrea est de savoir qui a assassiné le mort et pourquoi, la question sous-jacente est également de savoir pourquoi donc a-t-elle été invitée par le patriarche de cette famille richissime à la morale aux abonnés absents ? Bien évidemment les deux sont liés et sont aussi liés à son passé. 

Dans un huis clos, l’attention se focalise sur les personnages, qui sont en nombre réduits. Si les présentations préliminaires à l’arrivée de tout le monde dans le Carrosse Royal (oui c’est le nom de l’ascenseur, davantage une sorte de yacht de l’espace qu’une cabine exigüe) servent à faire connaissance et réceptionner un certain nombre d’informations concernant les invités, ce sont les interrogatoires menés par Maître Cort, après le meurtre (je ne vous dis pas qui meurt, cela tiendrait du spoiler) qui vont permettent de creuser les intentions des personnages, leur passé et leurs liens entre eux. Andrea est méthodique et efficace, et un peu brutale aussi, mais il le faut bien pour arracher quelques secrets à ces riches qui se croient au-dessus de tout.

Je me demande combien de mondes les Bettelhine ont réduits en enfers industriels ou en ruines fumantes pour s’offrir ce train de vie.

Le puzzle se met en place progressivement, ne dévoilant sa vue d’ensemble que lorsque notre procureure préférée se décide à tout mettre sur le tapis. La résolution est tellement limpide que je me suis auto-vexée de ne pas l’avoir découverte plus tôt. Peut-être si ma lecture avait été moins décousue et moins étalée ? Je ne saurai jamais. Et vous, vous aviez deviné ?

Un coup de poignard

Après le roman, Adam-Troy Castro nous offre un petit digestif pour nous remettre de nos émotions avec la novella Un coup de poignard.

Draiken est un personnage récurrent de l’auteur nous dit l’éditeur en préambule (dans des textes non traduits en français). Un coup de poignard est donc une sorte de « cross-over » puisque la novella va permettre de faire évoluer les deux personnages sur la même scène.

Draiken cherche à entrer en contact avec Andrea Cort. Il commence par la suivre mais c’est sans compter sur la perspicacité de notre enquêtrice préférée toujours accompagnée de ses inceps qui, s’en étant rendue compte, va forcer le contact, à sa manière. On se trouve temporellement quelques temps après La troisième griffe de Dieu et l’intrigue n’est pas sans lien avec ce qui a précédé.

Un coup de poignard est agréable à lire mais c’est le texte le plus faible que j’ai lu autour des aventures d’Andrea Cort jusqu’ici. Je n’ai pas ressenti cet ébouriffement intellectuel au moment où les cartes sont jetées sur la table.

La novella a la particularité d’être racontée à la troisième personne, en se plaçant du point de vue de Draiken, ce qui nous permet de percevoir Andrea Cort par les yeux d’un tiers puisque les précédents textes sont eux racontés du point de vue d’Andrea Cort (pas toujours à la première personne cependant).

La troisième griffe de Dieu est un très bon deuxième tome qui nous permet d’avancer quelques pions en rapport avec le passé d’Andrea Cort et de suivre une passionnante enquête en huis clos dans un ascenseur spatial grand luxe. On ne boude pas son plaisir.

Le troisième et dernier tome s’intitule La guerre des marionnettes. Il est déjà en ma possession et j’espère trouver le temps de le lire courant 2023. Pourquoi pas cet été car qui dit été dit space opera.

Informations éditoriales

La troisième griffe de Dieu est un roman + 1 nouvelle, écrites par Adam-Troy Castro. Les textes ont été publiés initialement en 2009 et en 2018. 2021 pour la publication en français chez Albin Michel Imaginaire. Traduit de l’anglais par Benoit Domis. Titres originaux : The tird claw of God. A stab of the knife. Illustration de couverture par Manchu. 458 pages.

Pour aller plus loin

Ma chronique d’Emissaire des morts.
D’autres avis : Chut maman lit, Les chroniques de FeyGirl, Les lectures de Xapur, Sur mes brizées, Un papillon dans la Lune, Les pipelettes en parlent, Au pays des cave trolls, Les lectures de Shaya, L’épaule d’Orion, Le culte d’Apophis, Les critiques de Yuyine, Les lectures du maki, Albédo, Fourbis et têtologie, Nevertwhere, Le nocher des livres, Quoi de neuf sur ma pile, RSF Blog, ou signalez-vous en commentaire.

26 commentaires sur « La troisième griffe de Dieu | Huis clos en ascenseur spatial »

  1. « je me suis auto-vexée de ne pas l’avoir découverte plus tôt » : et en même temps, est-ce que ça n’est pas encore plus plaisant d’avoir la vraie surprise finale dans ce genre de texte ?
    Bon, ça serait une bonne idée que je lise ça l’année prochaine, avant de commencer à oublier le tome 1. 😅

    J’aime

    1. L’auteur met en place tous les indices pour qu’on trouve la solution tout seul, donc je pense que trouver soi même peut être un réel plaisir aussi ^^
      Ha oui certes c’est préférable. Cela dit l’auteur fait quelques rappels judicieux dans les premières pages mais j’aurais bien voulu me souvenir mieux.

      J’aime

  2. Il faut vraiment que je continue mes séries au lieu de commencer toujours de nouveaux trucs, j’avais aimé le premier et celui là attends sur ma bibliothèque XD

    J’aime

  3. Je n’ai rien vu venir non plus mais je suis notoirement une quiche à ce genre d’exercice, c’est pour ça que j’aime bien Andrea, comme Sherlock elle prend le temps de tout réexpliquer à la fin pour les abrutis du fond dans mon genre qui n’ont pas tout suivi 😁

    Aimé par 1 personne

      1. Ce n’est pas très clair : qu’on m’en offre un en anglais / que je me souvienne de chercher ce qui existe en anglais et que je commande / que j’aille dans un pays anglophone et que je tombe dessus en librairie… 🙃

        J’aime

        1. Si, mais je n’irais pas forcer le destin en l’achetant moi-même, vu le nombre de trucs à lire qui viennent à moi… Donc, je reste sur mes options d’achat VO et sur la temporalité « un jour »…

          Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.