5 mini-séries inspirées de faits réels

La télévision ne produit pas que des séries au long court. Je vous présente aujourd’hui 5 mini-séries qui s’inspirent de faits réels et de vraies personnes pour nous parler de notre société. Certaines peuvent s’avérer difficiles à regarder. Il sera question de vrais et de faux mensonges, de dénoncer et de réparer l’injustice, de s’émanciper, de se libérer des carcans. Fait notable : 4 sur les 5 mini-séries présentées ici ont été créées par une femme.

Chernobyl

Chernobyl est une mini-série américaine de 5 épisodes créée par Craig Mazin. Elle est diffusée depuis le 6 mai 2019 sur HBO. En France on peut la trouver sur OCS, en VOD ou en DVD/Bluray.

Chernobyl retrace l’histoire de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl qui se produisit le 26 avril 1986. La série ne respecte pas tout à fait la réalité des faits et tend parfois à chercher le sensationnalisme, mais ça reste une excellente série, poignante, révoltante.

Dans tous les cas, il vous sera difficile de ne pas enchainer les épisodes tant le récit prend aux tripes. On y parle du mensonge institutionnalisé au travers de différents points de vue : des personnes de pouvoir qu’elles soient à l’origine de la catastrophe ou au contraire adjuvantes dans la gestion de la catastrophe ; des petites gens comme :  pompier, femme de pompier, soldat, mineur etc ; des scientifiques en particulier Legassov, et Khomyuk, personnage fictif représentant l’ensemble du corps scientifique qui a eu un rôle à jouer dans la prise de conscience des causes de l’accident..

Un article qui dénoue le vrai et le faux dans la série : Chernobyl est-elle vraiment fidèle à la réalité ?

Dans leur regard

Dans leur regard est une mini-série américaine de 4 épisodes créée par Ava Duvernay (Selma, The 13th). Elle est diffusée depuis le 31 mai 2019 sur Netflix.

Dans leur regard retrace avec une rare acuité l’histoire des « Central Park Five« , 5 garçons afro-américains accusés et condamnés à tort du viol et de l’agression avec violence sur une joggeuse blanche de 28 ans en 1989. D’aveux arrachés sour la menace à 10 ans passés en prison pour un crime qu’ils n’ont pas commis, Dans leur regard raconte leur histoire.

Je ne vous cacherai pas que la série est dure à voir. Vous pleurerez de rage et d’injustice. Vous ressentirez le désarroi de ses gamins. Vous subirez la pression d’un système judiciaire inique, raciste, plus pressé d’en finir que de faire justice.

Unbelievable

Unbelievable est une mini-série américaine de 8 épisodes créée par Susannah Grant (scénariste sur Erin Brokovitch). Elle est diffusée depuis le 13 septembre 2019 sur Netflix.

Unbelievable retrace l’histoire d’une affaire de viols en série dont le coupable fût arrêté en 2011. La série commence par nous raconter l’histoire de Marie, une jeune femme au passé difficile brinquebalée de famille d’accueil en famille d’accueil : violée dans la nuit par un agresseur qui s’est introduit dans son logement mal fermé, elle appelle les secours. La machine est lancée : l’appartement est passé au crible, la jeune femme aussi. Mais son ancienne mère d’accueil émet des doutes quant à la véracité des faits, ce qui amène le flic en charge de l’enquête à se comporter comme un gros con. Bref, la jeune femme avoue avoir menti (alors que non) et l’affaire est close.

Ca c’est le premier épisode. Si vous regardez cette série, prenez le temps de voir les deux premiers épisodes à la suite. Le premier fout la rage et fait douter de l’espèce humaine. Mais à partir du second on va voir 2 inspectrices du Colorado prendre une affaire de viols en série en charge, se démener pour la mener à terme et écouter les victimes avec une bienveillance qui, après la froideur, le doute, la répétition mesquine des questions du premier épisode fait, il faut le dire, chaud au cœur. 

Le très long article de presse qui mena à l’adaptation en série est lisible en ligne, sur le site Propublica. C’est en anglais mais la traduction automatique de Google fait des miracles de nos jours. Certains éléments se retrouvent quasi mot pour mot dans la série, d’autres ont été changés. Au global, le déroulé est très fidèle.

Self Made

Self Made : inspired by the life of Madam C.J. Walker est mini-série de 4 épisodes créée par Nicole Asher. Elle est diffusée depuis le 20 mars 2020 sur Netflix.

Self Made est inspirée de l’histoire vraie de Madam C.J. Walker qui a créé de zéro une société de cosmétiques et est devenue une business woman accomplie dans l’Amérique du début du XXème siècle. Plus particulièrement on y parle d’un baume capillaire qui aide à la repousse et à l’entretien des cheveux dont l’objectif est de favoriser l’empowerment des femmes noires en leur redonnant le contrôle de leurs cheveux. Un tour de force qui méritait d’être raconté.

Il est par contre dommage que la série s’engonce dans un scénario caricatural qui tire sur les grosses ficelles d’une rivalité féminine et s’éloigne de ce fait de la réalité historique. C’est dommage car cette histoire est tout simplement passionnante et n’avait à mon sens pas besoin de la promesse du binge watching pour intéresser le spectateur. 

Je pense qu’elle reste intéressante à voir mais avec un regard critique (ce qui est de toute façon de mise lorsqu’on regarde des films ou des séries basés sur des faits réels).

Unorthodox

Unorthodox est une mini-série allemande de 4 épisodes créée par Anna Winger. Elle est diffusée depuis le 26 mars 2020 sur Netflix.

Unorthodox est l’adaptation libre de l’autobiographe de Deborah Feldman, Unorthodox : Comment j’ai fait scandale en rejetant mes origines hassidiques paru en français en tout début d’année 2021 mais publié initialement en anglais en 2012.

Etsy Shapiro, une jeune femme élevée dans le milieu juif ultra-orthodoxe de New York décide de s’enfuir de chez elle et se retrouve à Berlin. Au-delà de la description d’un monde absurde, liberticide, sectaire, Unorthodox est le récit d’une émancipation, celle d’Etsy, passionnée de musique classique, dont la chance n’est pas d’un réalisme fou, mais ça rend la série plus lumineuse que déprimante.

Et vous ? Quelles mini-séries inspirées d’histoires vraies avez-vous vues ?

28 commentaires sur « 5 mini-séries inspirées de faits réels »

      1. (ben je vois que j’avais écrit comme un pied! vive le fait de passer par le tél. Je vois que dalle quand j’écris dessus ^^). Unbelievable et Unorthodox ont des moments assez rudes dans ce que subissent les nanas. Mais bon, proportionnellement à ce qui arrivent à ces garçons, on est d’accord que ce n’est pas le même niveau de dureté…

        J'aime

      2. Je ne cherche pas à comparer le degré d’horreur subie par les différentes personnes, plutôt par rapport à mon ressenti en voyant les séries et l’orientation que prennent les épisodes. Dans leur regard est particulièrement difficile à regarder.

        J'aime

  1. Chouette idée d’article dans lequel je vais piocher ici et là!
    Chernobyl a été une vraie claque. Ils ont aussi fait des podcasts (1 par épisode) qui sont accessibles sur YouTube pour parler de la série, des choix qu’ils ont fait, de ce qui est réel ou réécrit pour la série. Très intéressant quand on a vu la série. On y apprend beaucoup.

    J'aime

    1. Super ça les podcasts ! Bon je n’écouterai parce que 50 minutes x5 en anglais avec tous mes podcasts en retard en prime, je le sens pas trop. Mais c’est une chouette initiative.
      Tu vas piocher lesquelles du coup ? *mode curieuse*

      J'aime

  2. J’aime les miniséries – comme j’aime les « one-shot » littéraires, pas de surprise – mais je n’en regarde pas beaucoup finalement, je me demande si j’en ai vu depuis mon enchaînement « Bodyguard » et « The Night Of ». 🤔
    « Dans leur regard » est dans ma liste, en attendant la sérénité nécessaire. Je me laisse convaincre peu à peu de jeter un œil à « Unorthodox », surtout si c’est assez lumineux, et je vais envisager « Unbelievable ».

    J'aime

    1. Oui, Unorthodox ça va c’est plutôt une série positive au final. Ca passe par des moments « awkward » surtout au début. Unbelievable le premier épisode est très dur, après c’est contrebalancé par la niaque et la bienveillance des 2 enquêtrices.
      Je me dois de note Bodyguard et The night of du coup ? Ca se regarde où ?

      J'aime

      1. J’ai vu « Succession » donc je suis vacciné niveau « awkward », c’est bon. =P
        Tu les as déjà noté selon un certain commentaire. 😇 « Bodyguard » est vraiment bien, j’en garde un très bon souvenir, haletant. C’est sur Netflix il me semble. « The Night Of » est bien aussi, une évolution de personnage assez dingue, même si ça aurait pu être mieux – enfin, si je me crois, parce que mon souvenir immédiat est juste positif. ^^ HBO oblige, c’est sur OCS, parfait pour ton prochain passage.

        J'aime

      2. Ah oui alors c’est pas du tout dans le même genre mais sur une échelle d’awkwardness je mets Succession à 9, le premier épisode d’Unorthodox (vu par quelqu’un qui découvrait totalement ce « mode de vie »), je le mets à 7. Enfin tu me diras XD

        Bon ben je les avais pas mis dans mon doc, je l’avais peut être pas sous le coude quand j’ai commenté, du coup il est bon de se répéter des fois. Bodyguard n’est pas une mini série toutefois ? Je vois saison 1 sur Netflix. Mon prochain abo OCS sera quand la S3 de Succession sera sortie 😬 <– sourire crispé de spectatrice impatiente.

        J'aime

      3. Ah. Dans mon esprit c’était une minisérie, l’histoire est terminée après les 6 épisodes et se suffit à elle-même. Effectivement, en cherchant, ils ont l’air d’avoir dit qu’il pourrait y avoir une suite, mais rien de bien concret pour le moment. On va dire que ça peut se regarder comme une minisérie en tout cas. ^^
        Je crois qu’on sera abonné à OCS en même temps. 😬

        J'aime

  3. J’ai vu Chernobyl et c’est effectivement très réussi. Je note « Dans leur regard » qui a l’air aussi intéressant, merci 😉

    J'aime

    1. Alors le sujet est déprimant de prime abord elles ne sont pas toutes forcément déprimantes en soi. Ce n’est pas désespérant en tout cas, il est question de réparer les injustices, de faire éclater la vérité, de s’émanciper, etc.

      J'aime

  4. J’ai tout vu sauf Dans leur regard, mais elle va y passer un jour. Et je viens de finir It’s just a sin à propos du sida, c’est une excellente série aussi bien que dure aussi par son thème.

    J'aime

  5. Parmi les 5, j’ai vu Chernobyl, vraiment très bien.
    Je note les 4 autres qui ont vraiment l’air intéressantes (peut être moins attirée par Self made), mais pas sûr que je passe le pas, le côté un peu dur à regarder me freine quand même (bon, pi j’ai pas trop le temps en ce moment non plus 😦

    J'aime

    1. Par ordre de dureté je les classerais comme ça, du moins dur au plus dur:
      -Self made
      – Unorthodox
      – Unbelievable
      – Chernobyl
      – Dans leur regard

      Je te laisse faire tes emplettes 😀 Pour le temps, c’est l’intérêt des mini-séries, mais si tu n’as le temps de rien voir du tout, ça ne va pas t’aider :/

      J'aime

  6. Je n’ai vu que Chernobyl (que je suis contente d’avoir vu mais qui donne pas trop le moral xD). J’ai Unorthodox dans un coin de la tête, c’est celle qui me tente le plus dans ta sélection.

    J'aime

Répondre à Lutin82 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.