Mortimer |L’apprenti de la Mort

Brèves impressions.
Cette épisode des Annales est particulièrement réussi. L’histoire est prenante. Les personnages attachants. Une petite touche philosophique sur le destin, la vie, la mort, la place de chacun dans l’univers, toussa toussa.

La Mort s’ennuie. La Mort a besoin de vacances. La Mort prendra donc un apprenti, qui une fois formé, pourra le seconder efficacement dans la lourde tâche qui est la sienne ( et que nous n’avons point besoin de nommer). L’apprenti, c’est Mortimer, jeune garçon maladroit, un peu timide et naïf. Celui-ci prend son boulot à cœur, mais le problème est bien là : il a un cœur lui, qu’il ne peut ignorer. A partir de là, les problèmes vont commencer …

 » VOUS AVEZ ENVIE DE ME PARLER ?
– Oui, bien sûr. J’écoute bien.
– PERSONNE N’AVAIT ENCORE EU ENVIE DE ME PARLER.
– C’est honteux.
– ON NE M’INVITE JAMAIS A DES FÊTES, VOUS SAVEZ.
– Tss.
– ON ME DÉTESTE. PERSONNE NE M’AIME. JE N’AI PAS UN SEUL AMI.
– Tout le monde devrait avoir un ami, fit sagement le tenancier.
– JE CROIS … JE CROIS QUE JE POURRAIS ÊTRE L’AMI DE LA BOUTEILLE VERTE. »

Personnage récurrent des Annales, La Mort se dévoile ici dans toute sa splendeur et dans toute … son humanité. Voilà qui sort de l’ordinaire. Même si Mortimer est au centre de l’histoire, La Mort reste le personnage le plus attachant de part la vulnérabilité qu’il (oui, une fois pour toutes, La Mort est de genre masculin) montre alors qu’il est censé être un personnage impitoyable.

Mais il avait appris, ces derniers temps, qu’il valait mieux surfer sur la crête de l’incertitude plutôt que se noyer dans le creux de sa vague.

Mais tous les personnages de ce volume ont un petit quelque chose qui attire la sympathie : Morty, l’apprenti au grand cœur ; Ysabell, l’ado qui s’ennuie ; Albert, le serviteur plein de secrets ; Keli, la reine qui tente d’échapper à son destin ; Coupefin, premier Identificateur Royal de l’histoire du Disque. Quoique pour ce dernier, j’émettrais une réserve : en effet, quand on se sert d’une tranche de bacon comme marque-page, on ne peut être une personne recommandable … Mais son heurtoir de porte est rigolo.

Informations éditoriales

Le Disque-Monde 4. Publié pour la première fois en 1987. 1994 pour la présente traduction, chez l’Atalante. Traduit de l’anglais par Patrick Couton. Titre original : Mort. 236 pages

 

6 commentaires sur « Mortimer |L’apprenti de la Mort »

  1. @ Efelle : vais les lire dans l'ordre de publication mais merci du tuyau.

    @ Neph : oui ce ne sont pas non plus des lectures coups de coeur.

    @ Lord : oui oui Albert c'est bien ça. Personnage assez truculent en effet.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.