Trois conseils et demi pour aller voir Premier Contact

Impressions n°248

Premier contact (Arrival) était certainement le film que j’attendais le plus cette année. Entre excitation, craintes, impatience, curiosité, l’attente a été longue, avec des émotions assez similaires à celles que l’on expérimentera en voyant le film. Mais parfois, c’est quand on attend longtemps que c’est le meilleur. Pour ces Impressions, je vous propose un avis un peu particulier : il vous sera délivré en filigrane au travers de trois conseils et demi que je propose à ceux qui n’ont pas encore vu le film.

1/ Prêtez une oreille attentive à la musique

La musique de Premier Contact a été réalisée par Jóhann Jóhannsson, musicien islandais qui a composé, entre autre, la musique de Prisoners (Denis Villeneuve) et Une merveilleuse histoire du temps (James Marsh).
On peut littéralement qualifier cette musique d' »extra-terrestre ». Les sonorités sont surprenantes. Ainsi, j’ai été totalement saisie par la musique lors la première visite dans le vaisseau des aliens. Renforçant totalement le sentiment d’étrangeté, de crainte mêlée de curiosité ressentis par les personnages mais aussi par le spectateur.
En plus de rendre l’atmosphère si particulière d’une rencontre extra-terrestre, la musique de Jóhann Jóhannsson est tout simplement magnifique. Si elle peut sembler difficile à écouter sans le support du film, il n’en est en fait rien, cela s’écoute parfaitement : je l’ai fait pendant toute la semaine.

2/ Activez vos neurones

 

Premier Contact n’est pas un film d’action. Premier Contact n’est pas un film de divertissement décérébré. Premier Contact est un film qui demande à ce qu’on réfléchisse pendant la projection et qui vous donnera à réfléchir après.
Pour ma part, il m’a littéralement retourné le cerveau. Pour expliquer cette sensation, j’aime bien l’expression « blowing my mind », qui n’a pas son pareil pour exprimer ce que je ressens dans ce genre de situation.
Bon alors, quoi, qu’est-ce qui retourne le cerveau dans ce film ?
  • L’intrigue. Cette chronique n’ayant pas vocation à analyse ou à spoilers, je ne peux en dire beaucoup à ce sujet. Mais sachez qu’il s’agit d’un vrai film de Science-Fiction, avec de la physique et de la linguistique dedans. Ça n’a pas l’air vendeur dit comme ça. Ce n’est pas chiant, ni abscons, juste passionnant à tel point que le film mérite toute votre attention. C’est aussi un film plein d’humanité, d’autant qu’il s’axe sur le personnage de Louise (Amy Adams), qui porte le poids de sa vie comme n’importe quel autre être humain. C’est aussi un film qui parle de communication et, étrangement vu le sujet initial, de communication entre les humains. Ne vous attendez donc pas à voir un exposé scientifique.
  • Les références à d’autres films. Si vous appréciez les films de SF, celui-ci vous en évoquera d’autres à des degrés divers. Si la référence à 2001 l’odyssée de l’espace de Stanley Kubrick (1968) est évidente uniquement en voyant l’affiche du film, Premier Contact m’a aussi fait penser, plus ou moins par ordre d’intensité, à : Contact de Robert Zemeckis (1997), Rencontres du troisième type de Steven Spielberg (1977), Interstellar (2014) et Inception (2010) de Christopher Nolan. Mais plus bizarrement aussi à Les Gardiens de la galaxie (James Gunn, 2014), à cause de la scène d’introduction qui m’avait aussi donné l’impression de m’être trompée de salle lors des premières minutes.
  • Un autre façon de voir notre monde, qui est aussi un appel à l’ouverture d’esprit. La question n’est pas tant de savoir si le mode de communication des extra-terrestres est possible scientifiquement que de montrer une autre façon de voir les choses (je n’entre pas plus dans le détail : allez le voir!). Ce qui nous entoure, nous constitue, nous définit n’est pas toujours ce que l’on pense et heureusement. Ca m’a fait un bien fou.

3/ Voyez-le deux fois

S’il vous a plu. Inutile de se torturer dans le cas contraire.

 

Vous comprendrez pourquoi après l’avoir vu une première fois.
Rien n’est gâché à la deuxième projection. La sensation de merveilleux est toujours là et ça permet d’approfondir, de mieux appréhender certaines scènes et l’intrigue.

3.5/ Lisez la nouvelle

Une autre façon de voir le film deux fois est de lire la nouvelle dont il est tiré, avant ou après, ce n’est pas très important:  L’histoire de ta vie de Ted Chiang. Prix Nebula du meilleur roman court et Prix Theodore Sturgeon en 1999.
Cette nouvelle est parue en traduction française dans le recueil La Tour de Babylone (Lunes d’encre pour le grand format, Folio SF pour le format poche).

 

Je ne l’ai pas encore lue, mais je le ferai dans un avenir plus ou moins proche. Je conseille rarement des livres que je n’ai pas lu mais, pour vous donner ce demi-conseil, je me fie à l’avis judicieux de Vert. Elle parle, entre autre, du film en tant qu’adaptation.

Informations éditoriales

Sorti dans les salles françaises le 7 décembre 2016. Réalisé par Denis Villeneuve. Scénarisé par Eric Heisserer. Titre original : Arrival. Durée : 1h56.

Pour aller plus loin

La musique s’écoute très bien sur Spotify ou sur Deezer
Vous ne l’avez pas vu : Comptez-vous aller le voir ? Est-ce que ces conseils vous sont utiles ?
Vous l’avez vu : Est-ce qu’il vous a aussi explosé le cerveau ? Qu’est-ce qui vous a plu/ déplu?

22 réflexions sur “Trois conseils et demi pour aller voir Premier Contact

  1. J'adhère à tout ce que tu dis : j'ai aussi écouté la bande originale toute la semaine (comme en ce moment même ^^), et j'ai été fascinée par le concept, à y penser pendant plusieurs heures après la sortie de la salle… Par contre je ne l'ai pas encore vu une deuxième fois — et pas sûr que j'aurais le temps de retourner au ciné pour ça 😦 — mais je compte bien lire la nouvelle, et même le recueil complet 🙂

    J'aime

  2. Bonjour
    Moi aussi je suis encore sous le choc de ma première séance de contact.
    Première car j'irais le revoir
    J'écoute aussi en boucle la musique
    D'ailleurs à propos de musique vous savez qu'un morceau n'est pas sur l'album car c'est un morceau de Max Richter ?
    C'est le morceau final (oui ce moment là) : On the Nature of Daylight – Max Richter
    Si vous avez-vu le film écoutez le au calme dans un endroit familier


    A chaque fois le film me revient, les images, l'émotion me submergent
    c'est …
    Ce que j'aime dans le film c'est le champ libre laissé à la découverte, à l'appropriation personnelle.
    Exemple les vaisseaux sont pour certains des « monolithes » pour d'autres le ventre d'une femme, la caverne de platon, pour moi ce sont des lentilles ou des pupilles pour qu'on ouvre les yeux…

    Il y a plein d'autres choses à en dire.
    Allez tous le voir que l'on puisse se raconter chacqu'un ce qu'on y a trouvé

    J'aime

  3. Le morceau d'entrée n'est pas non plus sur l'album il me semble. Le compositeur s'est fait recaler d'une nomination aux Golden Globe (ou Oscars je ne sais plus) car 86% de la musique est originale.
    Merci pour le lien, j'acoute ça.
    Sympa les interprétations du vaisseau. Pour moi c'est un monolithe oblong, influence de 2001 ….
    Merci de ton commentaire ^^

    J'aime

  4. Je n'ai pas fait spécialement attention à la musique pendant la séance, mais j'ai clairement une sensation « d'ambiance » quand j'y repense. Musicien islandais, je pense automatiquement à Sigur Ros, dont l'esprit pourrait très bien coller.
    Je note la nouvelle alors 🙂

    J'aime

  5. J'ai lu la nouvelle mais pas vu le film encore.
    En tout cas c'est original et bien trouvé cette façon d'en parler 🙂
    Concernant le recueil, perso je l'ai trouvé vraiment très bon, il m'avait été conseillé par Tata Natacha pour soigner une panne de lecture et ça a très bien fonctionné ^^

    J'aime

  6. Je rajoute mon grain de sel ici : je plussoie Sigur Ros ! Tu connais déjà ? Si tu as aimé la BO, tu vas adorer Sigur Ros (même ambiance nordique, le côté stressant en moins ^^ et avec, en plus, leur propre langue inventée… comme ça on reste dans le sujet 😉

    J'aime

  7. J'ai adoré ce film 🙂 Je valide ton « activez les neurones » et je rajouterai « Dépassez la bande annonce » parce qu'elle n'est vraiment pas réussie. Je me tâte à lire la nouvelle, dans quelques temps maintenant 😉

    J'aime

  8. C'est vrai qu'il est bon ce film. Et je ne sais pas si c'est parce que j'ai fait de la linguistique mais cette partie-là du film m'a scotchée. Ce doit être tellement fascinant de découvrir un nouveau langage, réussir à le percer et établir la communication ensuite…

    Et puis tout le reste, cette fin qui donne tellement envie de revoir en boucle pour les détails, etc.

    Merci pour la musique, là j'écoute Arrival et c'est beaucoup d'émotions.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s