Rendez-vous demain | Les deux font la paire


Rendez-vous demain est le dernier roman de Christopher Priest. Il est paru le 13 avril 2022 aux éditions Denoël Lunes d’Encre et il est complètement inédit car il ne paraitra en anglais qu’au mois de septembre. Il a été traduit par Jacques Collin. Entre la seconde moitié du XIXème siècle et 2050, nous allons faire la connaissance de 2 paires de jumeaux. Escroquerie, dérèglement climatique & profiling  sont les principaux ingrédients de ce récit.

Contexte narratif

Rendez-vous demain  nous raconte l’histoire de deux paires de jumeaux, à près de 2 siècles d’intervalle :

  • Celle d’Adler et Adolph Beck, dans la seconde partie du 19ème siècle, racontée du point de vue d’Adler à la première personne. Celui-ci est glaciologue et étudie l’impact de l’évolution du climat sur les glaciers. Son frère est plus bohème : il est chanteur d’opéra en Amérique du Sud. Il arrive à tous les deux ce qu’ils appellent des « intrusions », un phénomène étrange et effrayant.

C’est là que je subis ce que j’en vins plus tard à appeler une intrusion. Ces intrusions allaient se reproduire bien souvent au fil des années, mais celle-ci, sur la terrifiante paroi glacée de cette crevasse, fut la première. Il ne fut sur le moment pas question de trouver les mots pour la décrire : cela arriva et manqua me tuer.

  • Celle de Charles et Gregory Ramsey, en 2050 dans un monde ravagé par le réchauffement climatique, racontée du point de vue de Charles « Chad » à la troisième personne. Celui-ci est profileur à la police d’Hastings. Il se fait implanté une technologie sensée améliorer la communication dans la police mais juste après il se fait virer. Son frère est journaliste et voyage beaucoup. Il charge son frère d’enquêter sur un mystérieux ancêtre qui aurait fait de la prison pour escroquerie.

Un troisième point de vue, externe à la troisième personne, nous présente à intervalle plus ou moins régulier le personnage de John Smith, contemporain des frères Beck et qui est emprisonné pour avoir escroqué des femmes dans la pauvreté. 

Tout cela parait compliqué de prime abord mais le déroulé de la narration et la finesse d’écriture de Christopher Priest rend l’ensemble d’une limpidité presque surnaturelle. On a l’impression pendant un moment de lire deux histoires qui n’ont rien en commun même si des liens les rapprochent. Et puis tout s’emboite progressivement et harmonieusement.

J’ai trouvé plusieurs éléments de l’intrigue un peu faciles mais cela n’a pas eu d’impact sur mon plaisir de lecture. Ce livre se lit à une allure folle.

Aspect historique et vraisemblance scientifique

Une bibliographie en fin d’ouvrage démontre que Christopher Priest s’est beaucoup renseigné sur le réchauffement climatique. Le truc qui fait très peur c’est que 2050 c’est dans moins de 30 ans. Vous je sais pas, mais perso j’ambitionne d’être toujours vivante et… euh … ça ça s’annonce pas cool du tout. J’ai tout de même l’impression que ce qu’il raconte penche plutôt vers le scénario à l’horizon 2100 mais comme on va du manque d’actions des états en mauvaises nouvelles, je ne me fais pas d’illusions. 

Aller voir la mer, comme Chad l’avait souvent fait ces dernières années et un peu moins ces derniers mois, était une façon de se tourner vers le lendemain, ce qu’il allait apporter, ce que l’on s’autorisait à en attendre. Ce que l’on attendait du lendemain était inévitablement tenté d’espoir.
Demain pouvait toujours être meilleur, sauf que ce n’était plus vrai. Toutes les possibilités avaient été épuisées.

La même bibliographie révèle que l’histoire de John Smith est une affaire judiciaire réelle. Je ne vous en dis pas plus et vous déconseille fortement de chercher à vous renseigner si vous ambitionnez de lire le roman. Si vous la connaissez déjà, il n’y a pas mort d’homme non plus.

Le roman est également parsemé de photographies en noir et blanc.

Deux paires de jumeaux. Deux époques. Deux hypothèses sur le dérèglement climatique. Deux hypothèses sur une affaire criminelle. Une intrigue captivante pour emboiter le tout et dans la dynamique priestienne les lier.

Informations éditoriales

Roman écrit par Christopher Priest. Publié en avril 2022 chez Denoël Lunes d’Encre. Sortie anglosaxonne prévue pour septembre 2022 (oui c’est sorti en FR d’abord)(si c’est pas de la SF…). Traduit de l’anglais par Jacques Collin. Titre original : Expect Me Tomorrow. Illustration de couverture par Anouck Faure. 362 pages.

Pour aller plus loin

D’autres avis : Navigatrice de l’imaginaire, Le nocher des livres, Les lectures du Maki, Lorhkan et les mauvais genres, ou signalez-vous en commentaire.

32 commentaires sur « Rendez-vous demain | Les deux font la paire »

  1. Le côté réchauffement climatique me fait un peu peur parce que je crois que je préfère ne pas y penser (oui, politique de l’autruche)… Mais je suis assez tentée notamment pour la finesse de la narration et le fait que l’histoire de John Smith soit réelle. Curiosité oblige, je vais aller voir de quoi il s’agit, mais je te rassure, ça aurait plus tendance à m’inciter à lire le roman qu’à me gêner 🙂

    J’aime

    1. Je comprends. J’ai arrêté d’acouter certains podcasts pour cette raison juste parce que ça me déprimait trop (des émissions de radio qui parlent d’environnement), alors même qu’ils ne parlent bien sûr pas que de trucs négatifs.
      Ok mais ça va te spoiler vraisemblablement, hein, just saying :p

      Aimé par 2 personnes

  2. « la connaissance de 2 paires de jumeaux » : pas de doute, c’est bien un livre de Christopher Priest. ^^
    C’est marrant, pour une fois que l’auteur va dans le futur, la couverture est elle pleinement dans le passé – en tout cas c’est à ça qu’elle me fait penser, ça m’étonne à chaque fois, j’ai l’impression que c’est une réédition d’archéoSF. Ou d’archéofantasy, pour coller avec ta jolie conclusion.

    J’aime

      1. Bonjour !
        Il a des enfants qui sont jumeaux en fait.. Et effectivement ça le fascine. Je me rappelle plus où je l’ai lu ou entendu.
        Je suis un peu en retard sur ses dernières parutions, mais j’aime beaucoup ses livres 🙂

        Aimé par 1 personne

  3. C’est fascinant. Plus je lis d’avis, plus je suis curieuse et plus j’ai l’impression de ne pas savoir où je vais mettre les pieds en fait 😅. Dans tous les cas, tu donnes envie ! 👍😁

    J’aime

  4. Je prends, merci pour ta chronique ! 🙂 J’avais peur que ça soit un peu trop complexe au niveau de l’intrigue comme Priest en a l’habitude mais le mélanger XIXe et réchauffement climatique me tente bien.

    J’aime

  5. J’allais faire la même remarque de Baroona sur les jumeaux 😁
    Priest c’est pas ma came (c’est pourtant pas faute d’avoir essayé) alors je vais passer sur celui-là.

    J’aime

  6. « Une intrigue captivante pour emboiter le tout et dans la dynamique priestienne les lier » et »(oui c’est sorti en FR d’abord)(si c’est pas de la SF…) » –> Je t’ai vue. 👀👀
    Bon, il faudrait que je lise Christopher Priest un jour…

    J’aime

  7. Je rigole intérieurement car chez Baroona, j’ai écrit que je n’avais plus envie de lire Priest.
    Et là, bam je lis ta chronique et je me dis « oh punaise, ça me plaît tout ça ». Ze crois que ze vais revoir ma position un tout ‘tit peu et oublier l’auteur pour me concentrer sur le contenu.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.