Les Sept Morts d’Evelyn Hardcastle | Le temps vous est compté

les sept morts d'evelyn hardcastle stuart turton

Impressions.

Les Sept Morts d’Evelyn Hardcastle est le premier roman de Stuart Turton. Il y est question d’un meurtre à résoudre, d’une fête dans une vieille maison façon années 20 et d’un narrateur qui change de corps chaque jour pour revivre la même journée jusqu’à l’élucidation. Ce roman a été publié en français en 2019 par les éditions Sonatine et je vous en dis quelques mots. 

L’éditeur nous avertit sur la quatrième de couverture :

Mixez Agatha Christie, Downton Abbey et Un jour sans fin… vous obtiendrez le roman le plus divertissant de l’année.

My job is done, il n’y a rien à rajouter. Bisous, au revoir, lisez Les Sept mort d’Evelyn Hardcastle.

Bon d’accord, je vous en dis un peu plus…

Déjà première chose, il y a un plan de la maison au début du livre, trop choupi, avec plein de détails. Je vous ai dit que j’adorais les plans, les cartes et autres gadgets dans les livres ? Celui-ci est vraiment bien fait, je le trouve charmant et très joli. D’ailleurs l’objet livre en lui-même est superbe, avec sa belle couverture bleue à rabats et ses intrigantes impressions dorées en léger relief.

Le narrateur a 8 jours pour élucider la mort d’Evelyn Hardcastle qui doit survenir lors d’un bal dans la maison familiale, Blackheat, sorte de Downton Abbey déliquescent où les fissures sont cachées derrière des pots de fleurs ou des rideaux. Sauf qu’il y a un hic. Chaque jour il se réveille dans le corps d’une autre personne, revivant la même journée, celle qui verra mourir Evelyn Hardcastle. mais d’un point de vue différent. Chaque jour, il doit s’approprier les caractéristiques physiques et psychologiques de son hôte. Il a aussi des adjuvants et des opposants qui accompagnent ses tribulations.

Cet imbroglio rend la narration assez dingue puisque les 8 hôtes se croisent et se décroisent lors de la même journée. C’est très réjouissant pour l’intellect. Les Sept morts d’Evelyn Hardcastle est construit comme un escape-game dont Turton serait le game designer et où le narrateur ainsi que le lecteur (la confusion étant d’autant plus efficace que le roman est écrit à la première personne) seraient les joueurs manipulés de bout en bout avec un certain machiavélisme.

Et le suspens ? Eh bien il est littéralement partout le suspens. Il se cache dans une pièce d’échec, une malle qu’on ne peut ouvrir, un revolver qui n’est pas celui qu’on pense, derrière le masque d’un médecin de peste ou encore dans un vieux hangar à bateau. Il ne vous laissera aucun répit, jusqu’à la dernière page tournée.

Les sept morts d’Evelyn Hardcastle est un polar remarquable, réjouissant intellectuellement et captivant. D’un hôte à l’autre, on suit les mésaventures du personnage principal dans une narration à la temporalité éclatée. Pourtant toujours clair, le roman se lit avec un plaisir indéniable.

Informations éditoriales

Publié en langue anglaise en 2018. 2019 pour la parution française aux éditions Sonatine. Traduit de l’anglais par Fabrice Pointeau. Titre original : The Seven Deaths of Evelyn Hardcastle. 540 pages.

Pour aller plus loin

D’autres avis : Quoi de neuf sur ma pile, Le capharnaüm éclairé, L’épaule d’Orion, Un papillon dans la Lune, Les lecture du Maki, Touchez mon blog, Monseigneur, Artemus Dada, 233°C , De livres en livres, Au pays des caves trolls, ou signalez-vous en commentaire.

30 commentaires sur « Les Sept Morts d’Evelyn Hardcastle | Le temps vous est compté »

  1. Excellent, à tous les niveaux. Et la seule présence de cette carte en début d’ouvrage permet de rajouter le Cluedo à la longue liste des références, non ? =P

    J'aime

    1. Mais tu attends quoi ? Non mais en fait c’est marrant d’attendre sachant que c’est un livre qui joue sur la temporalité (et plutôt dans l’urgence), huhu. J’espère que tu le trouveras… dans pas trop longtemps tout de même.

      J'aime

  2. Tu sais le plus drôle ? A force de lire des tonnes de chroniques, ça me coupe presque envie de m’y intéresser… jusqu’à que tu parles du plan en début de bouquin. Rah je suis faible xD

    J'aime

    1. Hahahaha le pouvoir des plans. Y en a un au début de Fille de rage aussi :p (mais je sais pas trop si la guerre de sécession peut être ta came).
      Je te prête Les 7 morts, contre bons soins, si tu veux 😉

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.