Anthologie officielle des Utopiales 2019

anthologie officielle utopiales 2019Impressions.

L’édition 2019 des Utopiales, festival de science-fiction se déroulant chaque année à Nantes avait pour thématique Coder/décoder. Un sujet qui laisse de larges perspectives d’interprétation et dont les 14 auteur.ice.s se sont emparés dans ce nouveau cru de l’anthologie officielle qui les accompagnent chaque année.

Voici quelques mots pour chacun des textes qui compose cette anthologie qui vient de battre son record du nombre de pages.

Une faute de goût, Christian Léourier. 🐉🐉🐉🐉🐉 Emincé de rencontre du troisième type sur lit de diplomatie culinaire. Sorbet d’incompréhension au dessert. Un texte savoureux qui rencontre à merveille la thématique de l’anthologie.

Neurostar, Jacques Barbéri. 🐉🐉🐉 L’auteur construit un background assez complexe qui m’a fait penser à l’expo Mechanhumanimal d’Enki Bilal aux Musées des Arts et Métiers il y a quelques années. Un peu difficile d’entrer dans le récit puis il se précise et tout s’éclaire.

Impulsion naturelle, Olivier Paquet. 🐉🐉🐉 Ce n’est pas parce qu’on est une I.A. qu’ on n’a pas des envies d’émancipation. Contient un chat-robot.

Les disparus de Valoria, Sylvie Denis. 🐉🐉🐉 Comment se servir d’enfants pour miner de la cryptomonnaie dans le cyberespace ? C’est l’hypothèse développée par Sylvie Denis dans cette longue nouvelle au déroulement somme toute très classique.

Sublimation, Mel Andoryss. 🐉🐉🐉🐉 Un texte ardu, complexe mais passionnant où  se mêlent la science de l’épigénétique et la fiction dont j’ai trouvé le lien avec le thème particulièrement judicieux.

Bicycle girl, Tade Thompson. 🐉🐉 J’ai été gênée par trop de trucs pour apprécier pleinement cette histoire de machine capable de générer des failles quantiques. Problème d’incompatibilité entre le ton du récit et les circonstances de sa production, des éléments qui sont mis en plan ou pas assez exploités pour percevoir leur intérêt et une incohérence dans le traitement des lunettes du protagoniste entre le début et la fin qui m’a sautée aux yeux.

La grande course au noyau mémoire, Ophélie Bruneau. 🐉🐉🐉🐉 Quand comprendre ou ne pas comprendre les codes est une question de vie ou de mort. Une aventure haletante sur fond de course spatiale au McGuffin.

La pièce au panda, Jo Walton. 🐉🐉🐉 Vous ne vous êtes jamais demandé quel parcours a traversé la pièce de monnaie que vous vous apprêtez à tendre à votre boulangère ? C’est le sujet de la nouvelle de Jo Walton, sur un fond très SF dans lequel on n’a pas trop l’habitude de la voir même si on reconnait parfaitement sa patte : un vaisseau en forme d’anneau divisé en 12 secteurs selon l’intensité de la gravité qui y règne.

Avaler la terre, Michael Roch. 🐉🐉🐉 L’histoire d’un noir qui s’est mis au service des blancs dans l’espoir de s’extraire de sa condition. Il y est question de prise de conscience et d’un choix à effectuer. Dans un contexte science-fictif dont j’ai l’impression de n’avoir effleuré que la surface.  De la bouche de l’auteur même, il s’agit d’une nouvelle d’afrofuturisme caribéen.

Le cruciverbiste, Nicolas Martin. 🐉🐉🐉 Un cruciverbiste sans emploi se met en tête de déchiffrer une mélopée qui l’obsède. Qu’elle est-elle ? Quelles sont ses intentions ? Une nouvelle d’inspiration lovecraftienne du célèbre présentateur de La méthode Scientifique.

Inconnue à cette adresse, Silène Edgar. 🐉🐉🐉🐉🐉 Texte épistolaire (enfin… avec des mails quoi, soyons modernes) qui raconte le contexte politique et social de la montée d’un totalitarisme dans la France du futur pas si lointain. Si le début m’a paru un brin artificiel, le déroulé des échanges de mails prend progressivement une teneur glaçante.

Les femmes du congrès dansent aussi, Jean-Laurent Del Socorro. 🐉🐉🐉  Raconte la campagne électorale d’Alexia Ocre-Corteza qui est un hommage très appuyé à la femme politique Alexandria Ocasio-Cortez, qui a remporté la primaire démocrate de la 14ème circonscription de New York en 2018.

Un anneau gris ajouté à l’emblème olympique, Ada Palmer. 🐉🐉🐉 Dans l’univers de Terra Incognita, une ambitieuse quadrilogie se passant au 25ème siècle. Ce texte raconte de façon assez factuelle pourquoi un sixième anneau a été ajouté au drapeau Olympique.

La promesse du monstre, Claude Ecken. 🐉🐉🐉🐉 La rencontre de deux êtres hors du commun. Lui, est en attente de son procès pour avoir saboté une expérience de longue haleine de son employeur. Elle, est chargée de dresser son profil psychologique. Une novella de haute tenue, à la fois très centrée sur les personnages mais aussi très poussée scientifiquement (ce qui semble être la marque de fabrique de l’auteur cf le texte que je viens de terminer dans le Bifrost #96 auquel je pourrais attribuer exactement les même qualificatifs).

Mes textes préférés sont Une faute de goût de Christian Léourier et Inconnue à cette adresse de Silène Edgar. Les autres textes vont du très bons au bon et au final je n’ai trouvé qu’un seul texte pour, non pas franchement me déplaire, mais qui m’a laissé un sérieux goût d’inachevé, celui de Tade Thompson.

10 ans d'anthologie des Utopiales

Cette édition de l’anthologie des Utopiales, cru 2019, est ma foi fort sympathique. Si la plupart des textes ne m’ont pas transportée jusqu’à l’autre bout de la galaxie, les auteur.ice.s s’emparent de la thématique Coder/décoder avec une certaine originalité : du codage culinaire au code génétique, on décodera des mélopées flippantes et des échanges de mails glaçants, tout en suivant le parcours d’une pièce de monnaie et l’histoire des anneaux du drapeau olympique.

Informations éditoriales

Recueil de 14 nouvelles publié aux éditions ActuSF en 2019. Illustration de couverture par Mathieu Bablet. 439 pages. Sommaire complet : Une faute de goût, Christian Léourier ; Neurostar, Jacques Barbéri ; Impulsion anturelle, Olivier Paquet ; Les disparus de Valoria, Sylvie Denis ; Sublimation, Mel Andoryss ; Bicycle Girl, Tade Thompson ; La grande course au noyau-mémoire ; La pièce au panda, Jo Walton ; Avaler la terre, Michael Roch ; Le cruciverbiste, Nicolas Martin ; Inconnue à cette adresse, Silène Adgar ; Les femmes du congrès dansent aussi, Jean-Laurent Del Socorro ; Un anneau gris ajouté à l’emblème olympique, Ada Palmer ; La promesse du monstre, Claude Ecken.

Pour aller plus loin

Mes impressions de les anthologies des années précédentes : 20182017201220112010.
Les Utopiales sur le blog.
D’autres avis : ou signalez-vous en commentaire.

13 commentaires sur « Anthologie officielle des Utopiales 2019 »

  1. Belle photo, belle constance. ^^ Par contre, à quel point c’est stressant/énervant que les dos d’avant 2014 soient différents ? Et que dans ceux d’après il y ait 4 tailles différentes pour le mot « Utopiales » ? =P

    J'aime

      1. Ce n’est pas ma faute, je ne suis qu’un pion de Griaule, et Sa volonté nous est incompréhensible. Mais pardon quand même. ='(
        Et pour preuve de bonne foi, je ne dirai rien des logos ActuSF !

        J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.