2 ouvrages sur Dune : comprendre et connaître Dune dans ses moindres recoins

Suite à ma relecture du monument Dune, j’ai lu deux ouvrages qui se proposent d’en examiner différents aspects. Ils ne sont bien sûr pas les seuls. Les 50 ans de la publication française et la sortie différée en 2021 du film ont attiré nombre d’éditeurs et d’auteurs vers le sujet. Je m’en tiendrai – pour le moment – à ces deux-là dont je trouve le contenu largement satisfaisant pour consacrer mon temps à un autre sujet.

Il s’agit de Dune le mook, une publication L’Atalante/Leha éditions, orchestrée par Lloyd Chéry, sorti en novembre 2020 et du cinquième opus de la collection Parallaxe de chez Bifrost : Dune – exploration scientifique et culturelle d’une planète-univers, orchestré par Roland Lehoucq (dont on n’oubliera pas de mentionner les dons d’ubiquité qui lui permettent d’être sur tous les fronts). Je vous en touche quelques mots.

Dune : exploration scientifique et culturelle d’une planète-univers

Si je devais résumer en 2 mots l’approche de cet ouvrage, je dirais « saga littéraire » et « sciences« . En effet Dune : exploration scientifique et culturelle […] se penche plus spécifiquement sur l’analyse des romans au travers d’une approche scientifique pluridisciplinaire que ce soit du côté des sciences naturelles que des sciences humaines. 14 articles de spécialistes de différentes disciplines, telles que l’astrophysique, la paléontologie, la chimie, la philosophie, la linguistique et l’ingénierie. De quoi décortiquer la planète-univers dans ses moindres aspects. Certains articles sont plus faciles d’accès que d’autres. On y trouvera de toute façon de quoi satisfaire sa curiosité.

Les grands thèmes duniens sont bien sûr abordés : la politique, la religion et l’écologie. On y verra aussi des articles qui posent des questions de science par rapport aux technologies duniennes comme la faisabilité technique du distille ou carrément sur le réalisme de Dune en tant que planète.

Mon article préféré, s’il ne devait en rester qu’un, serait sans conteste Exotisme et force linguistique de Frédéric Landragin qui décidément a le chic pour rendre passionnante une science dès plus rébarbative de prime abord. Il analyse avec beaucoup de finesse ce qu’il appelle les mots-fictions et la naissance d’un sense of reading, fruit de la collaboration entre le lecteur et l’écrivain. Il profite aussi de la mécanique de la Voix créée par Herbert pour nous raconter toutes sortes de choses intéressantes sur le performatif. Tout simplement passionnant !

Dune : exploration scientifique et culturelle d’un planète-univers se veut pointu, précis et spécialisé. Il conviendra à celles et ceux qui souhaitent aborder Dune comme un système et en comprendre le fonctionnement.

Informations éditoriales

Essai dirigé par Roland Lehoucq. Publié au Bélial’ dans la collection Parallaxe en 2020. Liste des auteurs : Sam Azulys, Vincent Bontems, Fabrice Chemla, Carrie Lynn Evans, Frédéric Ferro, Frédéric Landragin, Roland Lehoucq, Christopher L. Robinson, Jean-Sébastien Steyer, Daniel Suchet. Couverture et illustrations par Cédric Bucaille. 337 pages. Sommaire complet.

Pour aller plus loin

D’autres avis : Albédo, Lorhkan et les mauvais genres, L’épaule d’Orion, Touchez mon blog Monseigneur, ou signalez-vous en commentaire.

Dune : le Mook

Si je devais résumer en 2 mots l’approche de cet ouvrage, je dirais « global » et « illustrations ». En effet, Dune : le mook se veut aborder les déclinaisons duniennes sur différents supports dans un écrin très richement illustré.

C’est pas moins de 78 articles que Dune le mook propose à l’aficionado dunien. L’approche va au-delà de la saga littéraire. Frank Herbert, Dune le livre et ses personnages sont bien évidemment les stars du mook mais 70 pages de la revue sont consacrées aux différentes adaptations de Dune. Cinématographiques bien sûr du Dune de Jodorowski qui ne fût jamais tourné au Dune de Villeneuve qui se fait attendre (on pourra d’ailleurs lire un entretien avec le réalisateur) en passant par la mal aimée adaptation de Lynch. Mais pas que ! Dune c’est aussi des adaptations en BD, en jeu vidéo, en jeu de plateau et en jeu de rôles. 

Les articles sont courts, rarement plus d’une page en fait, mais la police me semble inhabituellement petite, même pour une revue. On y trouvera des interviews, des analyses et des réflexions. Certains articles sont des doublons raccourcis de l’essai du Bélial’ ce qui m’a légèrement chagrinée. L’ensemble est rédigé par un panel varié de rédacteurices dont Laurent Genefort, Catherine Dufour (dans un article tout à fait réjouissant), David Meulemans, Frédéric Landragin, Roland Lehoucq, Joëlle Wintrebert, Robin Hobb, etc. On y trouvera également un texte de Frank Herbert himself sur la genèse du roman, traduit par Pierre-Paul Durastanti.

Dune le mook est résolument un bel objet, très richement illustré. A vue de nez, les illustrations forment plus de 50% du contenu. On y trouvera des couvertures de livres, des crayonnés de Siudmak, des photographies des films et des différents intervenants de cette immense saga. Mais aussi et surtout des illustrations originales d’Aurélien Police et de Fred Vignaux. Ce dernier propose plusieurs illustrations en double page (celle du vers des sables !).

Siudmak à l’oeuvre

A noter également car cela peut surprendre, la reliure est une reliure suisse, un procédé que j’ai découvert avec cette publication, qui permet d’ouvrir la revue complètement à plat et de profiter ainsi des illustrations en pleine page sans être gêné par la pliure centrale. Bon, je ne sais pas trop si j’aurais vraiment été gênée par une reliure « normale » mais dans tous les cas le procédé « suisse » ne génère pas d’inconvénients particuliers.

Dune le mook se veut éclectique, abordable et richement illustré. Il conviendra à celles et ceux qui souhaitent aborder Dune dans son immense globalité, histoire d’être sûr de ne rien manquer. 

Informations éditoriales

Mook dirigé par Lloyd Chéry. Publié par les éditions L’Atalante et les éditions Léha en 2020. Direction artistique par Superscript. Illustration de couverture par Aurélien Police. Illustrations intérieures de Émile Denis, Aurélien Police, Wojtek Siudmak et Fred Vignaux. 256 pages.  La liste des contributeurs étant vraiment trop longue, rendez-vous sur Noosfere pour la connaitre ainsi que le sommaire complet.

Pour aller plus loin

Le projet initial sur Ulule.
D’autres avis : Yossarian, L’épaule d’Orion, Au pays des cave trolls, ou signalez-vous en commentaire

25 commentaires sur « 2 ouvrages sur Dune : comprendre et connaître Dune dans ses moindres recoins »

  1. Le premier me tente plus que le second, même si j’ai peu de chance de le lire parce que je ne le ferai que si l’univers de Dune m’intéresse vraiment. Pour ça, faudrait déjà que je commence à lire Dune >< Je veux le faire depuis longtemps déjà, mais je n'ai encore jamais sauté le pas…
    En tout cas, merci pour cette chronique, elle permet vraiment de faire la distinction entre les points de vue des deux livres 😀

    J'aime

  2. quand tu dis lire Dune, tu parles du roman ou de tout le cycle ?
    ce qui m’a toujours dérangé dans les analyses d’oeuvres c’est la place donnée aux mystères de l’auteur par rapport aux élucubrations de n’importe quel lecteur, même érudit. Je suis bien plus client des visions artistiques que je peux confronter à mon imaginaire.

    aussi je laisse Tolkien, Herbert, Dick et les autres dans leurs propres écrits.

    J'aime

  3. Le titre chez Le bélial’ a l’air aussi passionnant que les autres titres de la collection. Je dois encore me plonger dans le Mook, j’ai picoré un article ou deux et j’ai pas eu le temps d’y retourner vraiment ^^

    J'aime

  4. Ah la reliure suisse, ça ferait une bonne question de quiz ça… 🙊
    « Certains articles sont des doublons raccourcis » : combien sur les 14 articles du premier se retrouvent dans le second ?

    Aimé par 1 personne

    1. Huhu

      6 si je me rappelle bien mais je pense qu’ils ont été très sérieusement raccourcis. Je suis néanmoins contente d’avoir lu le premier en premier (🤯) et le second après. Sur 78 articles en lire 6 que j’avais déjà lu ça m’a chagrinée un peu mais c’est tout.

      J'aime

  5. Un ami, grand fan de Dune, m’avais parlé de ce Mook comme d’une véritable somme et en des termes alléchants. Je perçois moins d’enthousiasme dans ton article même s’il en vante les mérites. J’ai aussi pu tester avec lui la réédition du jeu de plateau très réussi, mais assez complexe.
    Je ne connaissais pas la « reliure suisse » non plus, une nouvelle spécialité à ajouter au fromage, aux montres, au chocolat et aux pendules à coucou. 🇨🇭

    J'aime

  6. Ai le Mook en PAL. Autant je ne me voyais pas ne pas l’acheter, autant je ne ressens pas d’empressement à le lire.

    Je ne sais pas si l’autre peut se trouver en bibliothèque, mais très clairement, seuls quelques articles m’intéresseraient.
    (impression que beaucoup ne me seraient pas accessibles)

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.