Kra | Let the Crow(ley) talk

kra-john-crowley

Kra :  Dar Duchesne dans les ruines de l’Ymr est un roman écrit par John Crowley. Il a été publié en anglais en 2017. Traduit par Patrick Couton (aka le traducteur de Terry Pratchett), il a été publié en 2020 par les éditions L’Atalante. Suivons Dar Duchesne, la corneille immortelle, entre le monde de Kra et le monde de l’Ymr pour un voyage au long cours dont on ne sort pas indemne.

Un récit à tiroirs

Un homme récupère et soigne une corneille malade qui s’est échouée dans son jardin. Cette corneille s’appelle Dar Duchesne et a des choses à dire… Dar Duchesne est immortel et a vécu de nombreuses vies. Il a souvent attaché ses pas (enfin ses ailes) à ceux des hommes. Il les a accompagnés dans le monde des morts et de l’autre côté de la mer. Il est devenue leur ami ou leur ennemi. Il les a vus vivre et mourir. Il les as vu évoluer des peuples celtes à la déliquescence du monde moderne. 

L’histoire n’est pas directement racontée par Dar Duchesne mais par l’homme qui lui vient en aide. On notera que le nom de cet homme n’est jamais cité, alors que celui de Dar Duchesne revêt une importance primordiale car il fût la première corneille à avoir un nom et celui qui poussa les autres à s’en donner un également.

Il lui raconta comment, il y avait longtemps, il avait inventé les noms : comment les noms rendaient les histoires possibles et permettaient de se rappeler ce que certains individus avaient faits par le passé. Elle écoutait avec attention, même si elle avait l’air de croire que les noms étaient en réalité un jeu qu’on pratique entre amis pour se distraire.

Une particularité de ce roman est qu’il contient des enchâssements, des tiroirs qui s’imbriquent les uns dans les autres, telles des poupées russes narratives. Si on déroule le fil, ça donne quelque chose comme ça : Crowley nous raconte comment un homme raconte les nombreuses aventures, qui sont elles-mêmes issues de la mythologie, du folklore et de l’Histoire, qu’une corneille a vécue et lui a racontée. Ca a l’air compliqué comme ça, mais tout cela est très naturel, très fluide.

enchâssements kra john crowley

J’ai l’impression que c’est un peu une « marque de fabrique » de l’auteur car il usait déjà de cette technique narrative des histoires dans l’histoire dans Le parlement des fées (un petit bijou mais moins accessible que celui-ci à mon sens). Dans tous les cas, cette structure se marie fort bien avec le propos de l’auteur qu’il nous transmet dans une style à la fois ciselé et limpide.

« Pourquoi, demanda-t-il, est-ce que nous sommes revenus par ce chemin-ci, alors que nous sommes arrivés par un autre ? »
Elle regardait au loin, la main au-dessus de ses yeux. « On ne sort jamais par où on est entrée, répondit-elle. Et, quand on y retourne, ce n’est jamais par le même chemin.
– Oh ?
– Parce que qu’on ne revient jamais nulle part. On continue d’avancer. »

Thanatopraxie

Il se sert de ce qui est concret dans la mort (les cadavres, les corneilles qui mangent les cadavres, les rites mortuaires, la guerre, etc) pour passer au niveau symbolique

Ainsi, les corneilles sont des « animaux de mort » et parce qu’elles sont des charognards, elles deviennent psychopompes (ça veut dire qui conduit les âmes des morts, pas qui fait des pompes psychiques).  J’y vois l’idée que le monde sensible et le monde spirituel sont indéniablement liés

Bien sûr, Kra parle aussi de deuil et là encore, le propos est d’une finesse éloquente.


Il savait alors qu’il ne la retrouverait ni ne la reverrait jamais – ce serait déjà fait si les retrouvailles avaient été possibles, car c’est elle qui l’aurait retrouvé, lui. Il croyait quand même qu’elle réapparaitrait un jour où l’autre, parce qu’il en avait terriblement besoin. C’était le plus douloureux, savoir une chose et croire l’autre.

Kra est un roman qui parle de l’importance de raconter des histoires. Je pense qu’il nous dit que la meilleure façon d’accéder à l’immortalité est que ton histoire continue à être racontée lorsque tu n’es plus. L’immortalité de Dar Duchesne peut alors être vue comme une métaphore et l’enchâssement des récits prend tout son sens. L’immortalité est aussi celle des récits mythologiques et folkloriques qui sont parvenus jusqu’à nous et dont Crowley se sert pour raconter l’histoire de Dar Duchesne. 

Ce que je te dis là, tu le sais déjà. Nous sommes maintenant fait d’histoires, mon frère. Voilà pourquoi nous ne mourons jamais, même quand ça nous arrive.

Le ramage de la corneille

Si les hommes sont obsédés par la mort, Dar Duchesne, lui, est obsédé par les hommes. D’une façon ou d’une autre, il parvient à se faire comprendre des humains auxquels il s’attache. Si les histoires sont importantes dans ce roman, le langage qui permet de raconter les histoires l’est tout autant.

Si les corneilles sont parfois capables de reproduire certains sons humains par imitation, elles ne parlent pas pour de vrai. Pourtant Dar Duchesne raconte sa vie avec moult détails et communique avec plusieurs humains. Le procédé nous est expliqué mais il n’est pas magique en soi, il nécessite un apprentissage, ou de passer par une langue tierce. Il n’est d’ailleurs pas toujours le même d’un humain à l’autre.

Crowley respecte avec beaucoup d’acuité le rendu du langage tel qu’il pourrait être utilisé par une corneille, qui a une vie très ancrée dans le présent et qui peut être empêchée de comprendre certaines notions. Son vocabulaire s’étoffe avec le temps. C’est un petit jeu que j’aime bien quand Dar Duchesne explique un concept humain avec ses mots à lui et que nous lecteur on essaie de comprendre de quoi il veut parler.

Étrange comme la possession d’un nom vaut possession de ce qu’il désigne. Quand il apprit auprès d’elle les mots lance, charrette, pot et vache, ce qu’ils désignaient se détacha du décor environnant pour acquérir aussitôt une individualité et devenir sa propriété.

Les humains du premier récit tiennent des bâtons en main, pas des lances. Il nous parle d’une guerre épouvantable sur le continent américain (qu’il ne nomme bien sûr jamais en tant que tel, on le comprend au travers du récit) et s’il a appris le mot bataille à force de se repaitre des cadavres qui en jonchent les champs, c’est nous lecteur qui mettons le mot « Guerre de Sécession » sur son propos.

Dar Duchesne passe beaucoup de temps avec les humains mais il en passe aussi avec ses congénères. Là aussi Crowley a fait un travail d’orfèvre. Il signale dans une interview qu’il est fasciné par ces animaux, qu’il les trouve très fûtés. Il les connaissait déjà bien avant l’écriture de ce roman mais il s’est renseigné plus précisément. La façon dont il les fait interagir et communiquer est criante de réalisme, sans excès d’anthropomorphisme.

De cette façon, les échanges entre corneilles qui nous sont « traduits » sont très amusants à lire et on les imagine très bien se dire les choses qu’elles disent dans le roman lorsqu’elles craillent à tue tête : des questions, des injonctions, des railleries, des remontrances. C’est vraiment chouette (oh wait 👀).

– Ils sont vivants et pas vivants.
-Ils sont ici et là-bas
-Ils sont là où ceux qui sont en vie ne peuvent pas aller.
-Et ne tiennent pas à aller « 
Elles éclatèrent de rire, les trois Corneilles.


Venez écouter l’histoire des nombreuses vies de la corneille Dar Duchesne. Retrouvez en
Kra, un récit multiforme avec différents niveaux de lecture, d’une richesse et d’une finesse époustouflante. Soyez touché par la précision de la plume de l’auteur à retranscrire la sensibilité d’une corneille en langage humain et à évoquer le sujet de la mort tant dans sa banalité quotidienne que dans sa conception philosophique. Mais il parle avant tout des histoires qui traversent le temps. Pensez corneille, vivez corneille, mourez corneille et renaissez grandi par cette lecture.

Informations éditoriales

Roman écrit par John Crowley. Publié pour la première fois en 2017. 2020 pour la publication en français chez L’Atalante. Traduit de l’anglais par Patrick Couton. Titre original : Kra : Dar Oakley in the ruin of Ymr. Illustration de couverture par Sonia Chaghatzbanian. Illustrations intérieures : Melody Newcomb. 505 pages. Préface par Patrick Gyger.

Pour aller plus loin

Ma chronique du Parlement des fées, du même auteur.
Ecouter la longue interview de l’auteur par David Bar Kirtley qui anime le podcast Geek’s Guide to the Galaxy
D’autres avis : Les critiques de Yuyine, Au pays des cave trolls, 233°C, Just a word, La bibliothèque derrière le fauteuil, Sometimes a book, ou signalez-vous en commentaire.

35 commentaires sur « Kra | Let the Crow(ley) talk »

  1. J’ai trouvé ce roman très lumineux, pour un roman qui parle de mort.J’aime bien les extraits que tu cites et ton interprétation .A travers les dialogues avec cette corneille, l’auteur nous donne les clés pour donner un sens à la mort.
    J’ai trouvé que c’était une leçon de vie finalement.

    J'aime

  2. au lycée, j’avais du mal avec Corneille…moins avec les Corneilles qui ne sont pas que psychopompes, etc… Intriguant ce récit en tout cas. Je laisserai le hasard faire le reste car j’ai des pies et corneilles autour de moi IRL.

    J'aime

  3. « Pensez corneille, vivez corneille, mourez corneille et renaissez grandi par cette lecture » : toute ta chronique est magnifique, retranscrivant parfaitement ce somptueux livre, et cette conclusion 👌. Si je ne l’avais pas déjà lu, j’aurais envie de le faire dès a présent. Et même en l’ayant déjà lu, c’est tentant. 😅

    J'aime

  4. Tu finis de me convaincre. Je l’ai mis dans ma liste d’envies sur the Book Depository, découvrant au passage qu’il s’appelle « Ka » en anglais. Sans « r ». Juste « Ka ». Une galaxie d’adaptation anglais-français s’est soudain déroulée devant moi. 🤯 Bon en même temps Patrick Couton est un pro de l’adaptation…

    J'aime

      1. Je suppose que oui, d’où la galaxie qui s’est ouverte à moi – adapter un nom propre qui est une onomatopée 🤯
        Par contre, j’ai pas compris « Oui d’ailleurs on perd une référence à la traduction ».

        J'aime

    1. Merci 🙂
      J’avais adoré Le parlement des fées. Mais à l’époque de sa réédition chez Points, il y avait eu des sp massifs dans la blogo et les 3/4 des lecteurices étaient passé à côté, voire le bouquin leur tombait des mains.
      Comme tu as aimé Kra, j’aurais tendance à te dire fonce (bien que je ne sais pas si le livre est encore dispo), mais faut s’attendre devoir effectuer un peu de lâcher prise sur sa compréhension de l’ensemble. Kra est à mon avis plus accessible.

      Aimé par 1 personne

  5. Superbe chronique avec laquelle je suis entièrement d’accord! C’est un roman brillant qui nous emporte bien plus loin que ce à quoi on peut s’attendre. Une formidable réflexion sur la vie, la mort, le deuil, l’immortalité et les histoires.

    J'aime

  6. Ta chronique me donne envie de le tester, l’histoire qui traverse le temps, la corneille, mythologie, légendes, ça fait beaucoup de bons points à mes yeux.

    J'aime

  7. Il a l’air superbe ce livre mais comme pour pas mal d’autres, je ne suis pas sûre d’avoir envie de me lancer dedans en ce moment ^^

    J'aime

  8. Un nouvel avis plus que positif, fort bien écrit par ailleurs.
    La thématique est tentante, je suis plus perplexe sur ma réception face à un personnage à part entière qui n’est autre qu’une corneille…

    Maybe, maybe not… l’avenir décidera

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.