Une visite à Medan | La maison de Zola

maison de zola medan

Le 5 juin dernier, je me suis rendue à Medan avec Alys pour visiter la maison d’Emile Zola, en guise de conclusion à notre relecture des Rougon-Macquart que l’on a menée à terme en février dernier. Cela tombait bien qu’on termine cette année car la maison a été fermée pendant 10 ans pour rénovation et a justement rouvert en automne 2021. Suivez-moi, je vous fais visiter.

Pan dans Medan

Nous étions inscrite pour la visite de 14h et nous avions décidé d’arriver à l’avance avec notre pique-nique pour déjeuner sur une petite place à proximité. Mais comme on est arrivées trop tôt pour manger, on est allée se promener. Voir la maison de Zola déjà, qui est superbe, près de la voie de chemin de fer, que l’on a traversée pour rejoindre la Seine. Et là on a fait une découverte incroyable. 

A cet endroit, la Seine est coupée en deux par une île. Et sur cette île un toboggan abandonné. En mode paysage postapo. Quelques recherches Internet plus loin, je tombe sur cet article : Complexe aquatique « La plage », île du Platais que j’ai lu tout haut à Alys pendant qu’on regardait cet improbable toboggan qui faisait partie de ce parc aquatique. Le lieu est un endroit prisé des amateurs d’urbex et ce petit reportage vidéo du Parisien montre très bien pourquoi.

Quel rapport avec Zola me demanderez-vous ? Aucun et c’est toute la beauté de la chose. E que s’appelerio sérendipité.

La maison de Zola

Donc à 14h on se rend à notre visite guidée de la maison. Le guide nous montre différentes pièces de la maison en nous racontant :

  • L’acquisition de la maison par Zola, les deux tours qui ont été ajoutées, les vitraux, dont celui de la porte de la cuisine (la représentation de l’acteur qui a joué je ne sais plus quel personnage de L’assommoir dans l’adaptation théâtrale, ce vitrail est over-laid mais c’est rigolo, l’ancètre du poster), le mobilier qui a été reconstitué car presque tout a été revendu après le décès de l’auteur.
  • L’histoire de la maison post-décès : elle a été donnée par la femme de Zola à l’assistance publique qui en a fait une maison de convalescence, on y a aussi formé du personnel hospitalier et pour finir comment elle est devenue un musée en 1984. 
  • La vie de Zola en rapport avec la maison, sa double vie avec Jeanne Rozerot, l’affaire Dreyfuss, les soirées de Médan, Zola amateur de bonne bouffe. L’anecdote qui tue c’est le service d’assiettes sur lesquelles sont dessinés des scènes de L’assommoir dont la fameuse scène du lavoir. Malheureusement la photo est floue donc je ne la montre pas.
  • Les circonstances du décès de Zola. Ici j’ai été un peu gênée car le guide nous a présenté de manière certaine la mort de Zola comment étant un meurtre. Pour rappel, Zola est mort d’une intoxication au CO2 à son domicile parisien, officiellement à cause d’une cheminée défaillante. La façon dont le récit entourant ce potentiel attentat (l’obstruction volontaire de la cheminée) nous est parvenue est pour le moins du même acabit que l’histoire de l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’ours. Je n’ai pas pu m’empêcher d’intervenir en demandant à quel point on pouvait être certain de cette histoire et n’ait pas vraiment été convaincue par les arguments puisqu’en fait, on n’a aucune preuve. Donc, oui l’histoire est très plausible et même probable, mais ça reste une hypothèse.

Visite du bureau

Le clou de la visite est bien sûr le bureau de Zola. Un grand bureau (c’est très ennuyant que le mot pour désigner la pièce et le meuble soit le même) face à la baie vitrée qui donne sur le jardin. Un lieu inspirant avec le conduit de cheminée qui clame la phrase suivante : Nulla die sine linea, pas un jour sans une ligne.

Anecdote « marrante » : je suis sortie en dernier de la pièce afin de pouvoir prendre des photos et me suis vautrée royalement en marchant sur un tapis qui a glissé sur le parquet. Pendant un instant, j’ai cru que je m’étais cassé le coude 😅JE ME SUIS ETALEE DANS LE BUREAU DE ZOLA, HAHA. Vous croyez qu’on débloque un trophée pour ça ?

Musée Dreyfuss

Depuis sa réouverture la maison s’est doté d’un musée qui retrace l’affaire Dreyfuss. Cette affaire est incroyablement compliquée, comme le montre aussi la bande dessinée #J’accuse de Jean Dytar, que j’ai lue très récemment et auquel une pièce de la maison est consacrée. Quelle formidable idée que cette bd et la voir mise autant à l’avant dans la maison de Zola lui donne une immense crédibilité.

L’exposition revient sur tous les aspects de l’affaire, principalement au travers de coupure de presse et de caricatures publiées dans les journaux de l’époque. On se plaint de la toxicité de Twitter, eh bien, je peux vous dire, qu’à l’époque tout se passait dans les journaux. Ca se répondait d’un article à l’autre, et vlan les fake news et pan les caricatures insultantes et yolo l’antisémitisme décomplexé.

On a également fait le tour du jardin et vu le cèdre qui était déjà là du temps de Zola, un arbre gigantesque qui pourrait servir de métaphore à l’arbre généalogique des Rougon-Macquart et à l’empreinte qu’à laissée Zola.

En bref, cette visite était en tout point passionnante, inspirante et émouvante. Elle était importante pour moi, comme un pèlerinage, une façon de clôturer 5 ans d’une relecture commune de la saga des Rougon-Macquart avec mon amie Alys. 

15 commentaires sur « Une visite à Medan | La maison de Zola »

  1. Et bien tu n’as jamais été aussi près de chez moi…La dernière fois que j’étais passé en vélo vers la maison, il y avait des travaux. Depuis, on a moins de masques et plus de vaccins aussi…

    J’aime

  2. « et a justement rouvert en automne 2021 » : je n’emploie normalement pas le mot « destin », mais bon, là, vu que c’est un pèlerinage, ça fait pleinement sens.
    Je suis épaté que la BD soit déjà mis en avant, vu sa relative nouveauté. J’imagine qu’il y a eu contact entre l’auteur et le musée pendant l’écriture ?
    En tout cas c’est vraiment une chouette manière de clôturer votre lecture commune. Merci pour la visite Tigger ‘j’ai glissé chez Zola’ Lilly !

    J’aime

  3. Une belle façon de clôturer votre lecture commune !
    (j’étais en train de me plonger dans l’histoire de l’île de Platais, j’ai failli m’y perdre, pas merci de titiller ma passion pour ce genre de lieu abandonné 🤣)

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.