Des nouvelles de Bifrost #99 | Shirley Jackson, Caitlin R. Kiernan, Alix E. Harrow, L.L. Kloetzer, Olivier Caruso

Bifrost 99 shirley jackson

Impressions.

Ce 99ème Bifrost publié en août 2020 par les éditions du Bélial’ se penche sur le cas de l’autrice américain Shirley Jackson. Je m’intéresserai dans les présentes impressions aux 6 (!) nouvelles qui ouvrent la revue, à savoir : La souris, Shirley Jackson ; Noirs vaisseaux apparus au sud du Paradis, Caitlin R. Kiernan ; Guide sorcier de l’évasion : atlas pratique des contrées réelles et imaginaires, Alix E. Harrow ; Ouroboros, L.L. Kloetzer ; Par les visages, Olivier Caruso ; Un jour comme les autres, avec des cacahouètes, Shirley Jackson. Allons-y…

La souris, Shirley Jackson

Un couple emménage dans une maison, occupée par des souris. Ils cherchent à s’en débarrasser à l’aide d’un piège à souris (avec tout un tas d’explication sur le fait qu’il ne faut pas utiliser un piège plusieurs fois car la souris sent qu’une de ses congénères y a perdu la vie, tout cela est très charmant). La nouvelle fait moins de 4 pages, on devine par certains propos qu’elle est plus qu’une chasse à la souris et la chute claque comme un couperet, révélant le sous-texte.

Lune d’ Un papillon dans la Lune vous expliquera ça mieux que moi (mais mieux vaut avoir lu la nouvelle avant) : son billet.

Noirs vaisseaux apparus au sud du Paradis, Caitlin R. Kiernan

Un texte très sombre qui propose une fin du monde lovecraftienne. Ce n’est pas la folie qui guette les personnages, c’est de l’annihilation totale de l’humanité. Froid dans le dos, superbement écrit. J’ai hâte de me mettre à Lovecraft pour mieux saisir l’ampleur et les références de ce genre de texte.

Guide sorcier de l’évasion : atlas pratique des contrées réelles et imaginaires, Alix E. Harrow

George, un enfant en perdition, entre un jour dans la bibliothèque de la ville, gérée par 2 sorcières. L’une d’entre elle se met à lui prodiguer des conseils de lecture pour l’aider à s’échapper d’une trop lourde réalité. Name dropping de romans cultes, jeu sur la cote Dewey, hommage à la littérature et célébration de la lecture comme moyen d’évasion, cette nouvelle est un doudou pour lecteurices et bibliothécaires.

Lire aussi : Morwenna, Jo Walton.

Ouroboros, L.L. Kloetzer

Cette nouvelle s’insère dans l’univers du Satori (Anamnèse de Lady Star, à côté duquel je suis complètement passée, il faudra que je retente un jour), voire même plus.

La nouvelle raconte la course de Liane autour de Céléphaïs, un dôme circulaire en orbite autour de Vesta. Elle orchestre cet événement pour battre le record d’une prédécesseuse dont elle pourchasse ou devance le fantôme numérique. Elle a aussi postulé à un poste au Conseil de la station et on suit en parallèle l’évaluation de sa candidature par le dit conseil. Bon sa course est un tout petit peu illégale, du coup son tour de force est très culotté, ce qui n’est pas forcément pour déplaire à tout le monde.

Comme déjà dit, j’ai un peu de mal avec l’univers du Satori alors retenter une incursion par la petite porte de la nouvelle est plus facile. Si la nouvelle est agréable à lire, je n’arrive pas trop à voir où les auteurices veulent nous emmener. Le next step (wink wink) c’est Issa Elohim (Une Heure Lumière).

En attendant, je vous conseille de vous régaler avec CLEER, un fix-up onctueux qui se joue des codes des multinationales. Mes impressions.

Par les visages, Olivier Caruso

Un visage qu’on ne reconnait plus c’est une lueur qui s’éteint dans notre esprit. Olivier Caruso imagine une pandémie dont le virus cause une prosopagnosie progressive mais définitive. La description du chaos engendré provoque un symptôme de rire jaune chez le lecteur. C’est le règne des imposteurs. La narratrice a une sœur jumelle là haut dans l’espace, elle fait une découverte majeure qui pourrait changer le monde mais en bas tout le monde s’en fout. Forcément, mis à part sa sœur qui a le même visage qu’elle, plus personne ne sait qui elle est.

Le concept est d’un nihilisme qui n’est pas sans me faire penser au film Perfect Sense, qui traitait, non pas de la perte progressive de la reconnaissance des visages, mais de celle des sens. Mes impressions ici.

Un jour comme les autres, avec des cacahouètes, Shirley Jackson

L’étonnante journée de Monsieur Johnson qui fait le bien partout où il passe. Mais le bien et le mal sont les deux faces de la même pièce. Une nouvelle qui raconte un quotidien gentillet jusqu’à ce que la chute vienne te susurrer à l’oreille : « tu as presque cru qu’on en resterait là ? *rire sadique* ». J’aime bien Shirley Jackson, je vais essayer de caser du Shirley Jackson quelque part dans mes lectures.

Ce 99ème Bifrost nous offre pas moins de 6 textes. Il y en a pour tous les goûts. 2 textes de Shirley Jackson dont l’oeuvre et la vie sont justement passées en revue dans le dossier (La souris, Un jour comme les autres, avec des cacahouètes), 2 histoires de fins du monde ( Noirs vaisseaux apparus au sud du Paradis, Par les visages), l’histoire d’une course dans une station orbitale (Ouroboros) et une ode aux bibliothèques et à la lecture d’évasion (Guide sorcier de l’évasion : atlas pratique des contrées réelles et imaginaires). Tout un programme !

Informations éditoriales

Revue publiée en aout 2020 par les éditions Le Bélial’. Illustration de couverture par Myles Hyman. 192 pages dont le contenu va de la souris commune au Grand Ancien.

Pour aller plus loin

Toutes mes impressions bifrostiennes.
D’autres avis : Quoi de neuf sur ma pile ?, Au pays des cave trolls, L’épaule d’Orion (Noirs vaisseaux…), Les histoires de Lullaby, Xapur (Un jour comme les autres…), ou signalez-vous en commentaire.

The maki project

12 commentaires sur « Des nouvelles de Bifrost #99 | Shirley Jackson, Caitlin R. Kiernan, Alix E. Harrow, L.L. Kloetzer, Olivier Caruso »

  1. IL faudra que je lise cette autrice que je ne connais pas mais qui semble faire l’unanimité !

    Merci pour ta nouvelle participation au projet (n’oublie pas de remplir le formulaire 😉 )

    J'aime

  2. La nouvelle d’Alix E. Harrow a l’air vraiment très sympa, même si le titre de la deuxième nouvelle de Shirley Jackson est encore plus cool – mais ne comptez pas sur moi pour la lire un jour hein.
    Pour L.L. Kloetzer, je pense que « Issa Elohim » te parlera plus car plus concret et évident. « Vostok » sera ensuite la progression logique, plus accessible que « Anamnèse… ».

    J'aime

  3. Génial. Tu me rappelles que je dois me le procurer. J’ai envie de lire Shirley Jackson depuis des lustres, je ne peux pas laisser passer la revue.
    « J’ai hâte de me mettre à Lovecraft » –> Génial!!!! Bon, à vrai dire, j’ai peur que ça ne te tombe des mains…. Mais c’est génial quand même.
    Pour info: je crois qu’il manque le texte de Caruso dans ton intro.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.