Mon top livres et bd’s | Edition 2021

J’ai passé mes lectures de 2021 en revue, et j’en ai extrait les titres les plus marquants, ce qui fait – tout de même- pas moins de 20 titres que j’ai classés en différentes catégories : bandes dessinées, classiques, sorties récentes, nouvelles, des non-fictions et des livres audio. Pfiou, y a du taf 😅

Sans ordre particulier.

Les sorties récentes

  • Eau douce, Akwaeke Emezi. Roman admirable qui parle de folie, d’identité et de compréhension de soi en faisant voler en éclats nos conceptions sur ces sujets. Chaotique et troublante, puissante et déterminée, cette lecture rappelle que le monde est empli de voix hors normes qui viennent secouer nos acquis et qu’il est sage de leur prêter une oreille attentive. Ma chronique.
  • Le livre de M, Peng Shepherd. Dans un roman qui tient à la fois de la SF, de la fantasy et de la littérature générale, Peng Shepherd nous conte l’histoire d’une apocalypse mémorielle qui s’abat sur le monde. C’est un roman qui parle de la part que la mémoire occupe dans la constitution de l’unicité d’un individu. C’est un roman qui parle de l’absurde qui tombe sur le coin de la gueule et d’un sens à reconstruire malgré tout. C’est un roman d’amour, par le couple Max-Ory, mais aussi par les liens intenses et profonds de ses âmes qui se rencontrent dans l’adversité et qui se vouent une profonde affection. Ma chronique.
  • Aucune terre n’est promise, Lavie Tidhar. En interrogeant la condition juive et le sionisme, l’auteur nous embarque dans un intense périple qui explore la multiplicité des réalités et des identités. On pourra puiser dans les différents niveaux de lecture pour y chercher ses propres réflexions. Aucune terre n’est promise est un roman tout à fait singulier que je recommande. Ma chronique
  • Kra, John Crowley. Venez écouter l’histoire des nombreuses vies de la corneille Dar Duchesne. Retrouvez en Kra, un récit multiforme avec différents niveaux de lecture, d’une richesse et d’une finesse époustouflante. Soyez touché par la précision de la plume de l’auteur à retranscrire la sensibilité d’une corneille en langage humain et à évoquer le sujet de la mort tant dans sa banalité quotidienne que dans sa conception philosophique. Mais il parle avant tout des histoires qui traversent le temps. Pensez corneille, vivez corneille, mourez corneille et renaissez grandi par cette lecture. Ma chronique
  • Le duo Dans la toile du temps & Dans les profondeurs du temps, Adrian Tchaikovsky. Lisez-les dans l’ordre. Une duologie (qui deviendra peut-être une trilogie ?) de SF tendance hard-mais-ça-va qui imagine le déclin de l’humanité pendant que, par l’opération d’un virus créé en laboratoire, des araignées et puis des poulpes élèvent leur cognition à un niveau jamais atteint. Ma chronique de Dans la toile du temps. Ma chronique de Dans les profondeurs du temps.
  • Le deux premiers tomes de La Tour de garde :  Le sang de la cité de Guillaume Chamanadjian et Citadins de demain par Claire Duvivier. Lisez-les dans l’ordre. Très admirative et curieuse de ce projet un peu dingue qui croise deux récits se passant dans le même monde de fantasy, écrits par deux auteurices différents. Ma chronique du Sang de la cité. Ma chronique de Citadins de demain

Les classiques

  • Chroniques du Pays des mères, Elisabeth Vonarburg. Chroniques du Pays des Mères est un grand livre. Un worldbuilding étonnant dont les différents aspects s’imbriquent si bien les uns dans les autres que s’en est ébouriffant de réalisme. Une écriture très fine dont la grammaire prend en compte l’organisation sociétale. Le récit d’une vie à la fois ordinaire et extraordinaire. Un renversement des perspectives qui fait réfléchir sur la place du genre dans nos sociétés. Ma chronique.
  • La trilogie des tripodes, John Christopher. La Trilogie des Tripodes est une formidable histoire de résistance face à l’asservissement de l’humanité par des extraterrestres. La notion de libre arbitre y est interrogée et la place de la science va se révéler prépondérante dans le déroulé de la narration. John Christopher centre son récit autour du personnage de Will, un garçon somme toute assez banal qu’il va faire évoluer en le confrontant à bien des épreuves. Ma chronique.
  • Le messie de Dune, Frank Herbert. Le messie de Dune offre une passionnante conclusion au dyptique dunien centré sur la figure de Paul Atréides. Canalisant son propos sur les doutes de ce dieu vivant et sur son entourage, qu’il soit ami ou ennemi, il offre un presque huis clos passionnant, tragique et épuré, à la fois très différent du premier volume et dans sa droite continuité. Ma chronique.

Les nouvelles

Pourrait s’intituler le Prix Une Heure Lumière des nouvelles. Hum bon. L’année a été particulièrement exceptionnelle de ce côté-là.

  • Issa Elohim, L.L. Kloetzer. Avec Issa Elohim, Laurent Kloetzer orchestre un tour d’illusionniste formidable sur la nature évanescente des Elohim, et celle d’Issa en particulier. Il imprime le doute aux lecteurices au-delà de la dernière page, dans un récit qui émeut profondément. Ma chronique.
  • Le fini des mers, Gardner Dozois. Dans une alternance de deux récits que tout oppose, Le fini des mers allie la forme et le fond pour nous dire les effets délétères de l’absence de communication et l’impossible compréhension de l’autre qui en découle. L’ensemble est d’un pessimisme qui glace le sang. Un grand texte estampillé Une heure Lumière, à mon humble avis. Ma chronique.
  • Les meurtres de Molly Southbourne. Thriller horrifique au style clinique et concis qui se lit d’une traite. Mais c’est aussi un texte qui propose de nombreux sous-textes et interprétations sur le rapport au corps et le rapport à l’identité et d’autres choses encore selon votre perspective personnelle, certainement. Dans tous les cas, ce texte m’a complètement mindblowée et prise aux tripes tant il vient titiller des questions pertinentes pour moi. Ma chronique

Les livres audio

  • Sandman Acte I, Neil Gaiman. Davantage une adaptation radiophonique qu’un livre audio stricto sensu. Récit très neil-gaimanien qui reprend les mythes à la sauce moderne, un goût certain pour les univers parallèles et les quiproquos qui lancent des histoires. L’Acte II sort en FR fin du mois et il y aura un Acte III.
  • L’anomalie, Hervé Le Tellier. L’anomalie est un roman que j’ai trouvé à la fois touchant, érudit, facile d’accès, prenant et même rigolo par moments. Pas dans le sens de s’en moquer, dans le sens du jeu qu’instaure l’auteur avec ses lecteurs. La cohérence du récit n’est pas tant dans l’explication donnée à l’anomalie mais dans cette exploration de la question du double à tous les niveaux de lecture. Bref, j’ai trouvé ça très fun et astucieux. Ma chronique.

Les non-fictions

  • Un lieu à soi, Virginia Woolf. Condensé de militantisme féministe d’une très grande acuité. Partant du constat qu’une femme a besoin, pour écrire ce qu’elle souhaite comme elle le souhaite, d’être débarrassée des contingences matérielles et de disposer d’un espace où elle ne sera pas dérangée, Virginia Woolf développe une argumentation tirée du fil de ses pensées pleines de références et de mises en situation. Elle affirme que les femmes sont nécessaires à la littérature pour sa plus grande diversité. Elle exhorte les femmes de son temps à écrire pour donner à s’identifier aux autrices de demain et leur donner le courage de prendre la plume à leur tour. A lire, armée d’un crayon. Ma chronique.
  • Dans la maison rêvée, Carmen Maria Machado. J’ai été transportée par la façon dont Carmen Maria Machado aborde avec franchise et sincérité un sujet dont on ne parle pas, les violences conjugales au sein des couples homosexuels, et lui donne une portée psychologique universelle. J’ai été éblouie par son écriture et l’originalité de son expérimentation littéraire qui pousse à repicorer des passages une fois la dernière page tournée. Un livre qui comble un besoin dont je n’avais pas conscience. Ma chronique.
  • L’année suspendue, Mélanie Fazi. L’autrice et traductrice raconte le parcours qui l’a menée à se faire diagnostiquer un trouble du spectre autistique. Un récit extrêmement touchant et intime.

Les bandes dessinées

  • La bombe, Alcante & Laurent-Frédéric Bollée & Denis Rodier. La bombe garde toujours en tête que l’Histoire est faite par des êtres humains mais ne cède jamais à la facilité scénaristique et en reproduit fidèlement le déroulement. La froideur brute de la précision historique qui, inéluctablement, égrène les faits, s’allie à la chaleur humide des larmes qui, inévitablement, vont couler sur vos joues. L’ensemble est soutenu par des graphismes criant de réalisme et de précision, en accord total avec le propos. C’est la puissance de La bombe. Ma chronique.
  • Peau d’homme, Hubert & Zanzim. Superbe bd qui parle d’amour et de sexe, de la place des femmes et des hommes dans leur rôle assigné, d’homosexualité et d’homophobie. Aussi de fanatisme religieux dans la personne du frère de Bianca qui par son charisme et sa grande gueule va soumettre la ville à l’intolérance et à la haine des femmes. C’est drôle, touchant, les dessins et les couleurs magnifiques. Une ode à la liberté de penser et d’être.
  • Seules à Berlin, Nicolas Juncker. Cette BD m’a transpercé le cœur. Elle est bouleversante de la première à la dernière page. Elle est très dure à lire. Ma mini-chronique.

Et vous ? C’est quoi vos top lectures de 2021 ?

29 commentaires sur « Mon top livres et bd’s | Edition 2021 »

  1. Kraaaaaa !
    J’en ai lu 7 (ça m’épate), dont 4-5 que j’aurais aussi pu mettre dans une liste (ça m’épate moins, tout le monde sait que tu as bon goût). J’en ai 5 dans mon viseur direct, 5 autres dans un viseur plus indirect – ça ne veut pas dire grand chose mais je me comprends. Je te laisse faire le compte des « pas pour moi ».
    Ça m’étonne que tu n’aies pas triturer tout ça pour faire une liste de 21 pour 2021. 😋
    Kraaaaaa !

    J’aime

      1. 🙉
        « Un lieu à soi », « Sandman », « Le Messie de Dune » et « La Trilogie des tripodes », même si ces deux derniers pourraient être envisagés, réalistiquement je ne crois pas que ça arrivera.

        J’aime

  2. C’est un très beau top, et merci pour le rappel de Kra, je me souviens avoir dit sur ta chronique que ça n’était pas pour moi pour le moment, mais ça me paraît tentant maintenant ^^

    J’aime

  3. Je suis contente de voir Sandman dans ton top et je ne m’excuse PAS DU TOUT de t’avoir lancé sur une série de plus 😁
    Sinon c’est un très beau top, je valide ceux que je connais en tout cas (et y’en a d’autres qu’il faut que je lise… un jour)

    J’aime

    1. J’avoue que tout de même le fait que c’était une suite, c’était vache, je l’avais pas vu avant de commencer. Mais c’est tellement bien que je ne peux pas vraiment me plaindre 😀 Tu vas aussi te jeter sur le 2 dès qu’il sort ?

      J’aime

      1. Probablement si j’arrive à retrouver du temps d’écoute d’ici là. Et si j’ai au moins fini la nouvelle de Emissaire des morts que j’écoute depuis 3 semaines 😅

        Aimé par 1 personne

  4. Génial, ce bilan en mode multibilans! C’est une super idée!
    Je trouve qu’on voit que les nuances du ressenti et la multiplicité des interprétations te plaisent.
    Bon, je n’ai pratiquement rien lu là-dedans et beaucoup ne m’attirent pas, mais j’espère bien lire Kra, Adrian Tchaikovsky et Woolf un jour et j’ai le bonheur de savoir avec certitude que je VAIS lire Chroniques du pays des mères car il est dans ma PAL grâce à quelqu’un qui a de super idées!!
    « Un livre qui comble un besoin dont je n’avais pas conscience »: Mais ouiiiiiiiii c’est tellement ça certaines lectures. 😍

    J’aime

  5. Une référence de tops à garder en mémoire (enfin sur un bloc note parce que la mémoire…).
    Mon top 2021 comprend
    En roman :
    Notre part de nuit ^^
    Déracinée
    Marche ou crève
    L’île des âmes
    En BD : Stern
    En nouvelle/novella :
    Avec du sang sur les mains (même si LA me la compte pour 2022 du fait que j’ai fini Emissaires des morts en janvier)
    Journal d’un AssaSynth

    J’aime

    1. Notre part de nuit sera dans mon top 2022, je ne pense pas trop m’avancer en disant cela ^^ Merci d’ailleurs car ta quête pour le trouver aux Utos avait attiré mon attention sur ce livre.
      Qu’est-ce Stern ?
      Ha Emissaire des morts c’était vraiment une cool lecture.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.